jotaay

INTERDITS DE PECHER DANS LES EAUX SENEGALAISES PENDANT 10 MOIS EN RAISON DE LEURS METHODES Cepesca et Dakartuna vilipendent le Sénégal et demandent «une solution urgente» pour la flotte de thoniers canneurs au Sénégal



 
Empêchées de pêcher des espèces de thons tropicaux, comme le listao, l'albacore ou le patudo, dans les eaux sénégalaises pendant 10 mois en raison de leurs méthodes, la Confédération espagnole des pêches (Cepesca) et son associé Dakartuna n’en peuvent plus de cette mesure de l’Etat du Sénégal. Les deux organisations demandent une «solution urgente» pour permettre à la flotte basque de continuer à pêcher dans les eaux sénégalaises. Pour tenter d’obtenir gain de cause, elles sont allées vilipender le Sénégal auprès des autorités espagnoles et de l’Union européenne, disant que cette interdiction rompt l'autorisation traditionnelle qui avait permis à la flotte espagnole de pénétrer dans ces eaux depuis 20 ans.
 
 
 
Alors qu'ils n'ont pas été en mesure de pêcher dans ces eaux pendant 10 mois en raison du veto du gouvernement du Sénégal qui les empêche «d'entrer dans la baie de Hann et de se procurer des appâts vivants pour pêcher», la Confédération espagnole des pêches (Cepesca) ne compte pas se laisser faire. L’organisation a rendu compte de ses démarches afin d’obtenir une «solution urgente» allant dans le sens de permettre à la flotte basque de continuer à pêcher dans les eaux sénégalaises des espèces de thons tropicaux, comme le listao, l'albacore ou le patudo. En clair, elle est allée vilipender le Sénégal auprès des autorités espagnoles, disant que cette interdiction rompt l'autorisation traditionnelle qui avait permis à la flotte espagnole de pénétrer dans ces eaux depuis 20 ans.
Il faut, en effet, comprendre que certains armateurs opèrent de cette manière depuis plus de 40 ans. Mais l'année dernière, alors qu'ils se trouvaient dans la baie, la Direction générale des Pêches du Sénégal a déclaré aux destinataires que les canneurs se trouvaient dans la zone interdite. Ils ont ensuite été condamnés à une amende de 30.000 euros (environ 20 millions de francs Cfa).
Cepesca rappelle que l'accord de pêche entre l'UE et le Sénégal, qui a été clôturé en juillet 2019 pour une durée de cinq ans, envisage la réalisation de certaines activités de pêche dans les eaux sénégalaises, parmi lesquelles la pêche thonière relative à la canne, et pour laquelle l'Union européenne et les armateurs paient une contrepartie économique.
Cependant, depuis juillet 2020, la flotte basque de canneurs - cinq navires de Hondarribia, deux de Bermeo et un de Guetaria - est restée amarrée par les changements décrétés unilatéralement par le Sénégal, qui empêchent la flotte de fournir des appâts vivants, malgré un rapport scientifique de la Commission européenne qui montre«le faible impact sur les espèces qui servent d'appât à notre flotte dans la zone interdite».
Selon les armateurs, si cette situation perdure, «les entreprises finiront par faire faillite et environ 140 marins perdront leur emploi».
En revanche, les armateurs basques dénoncent que malgré les arguments du pays africain, dans la zone interdite, les cayucos sénégalais font du poisson qui vend le poisson pêché, jusqu'à présent destiné comme appât aux canneurs basques, aux usines de farine sénégalaises. De même, la flotte dénonce également que dans la même zone «de nombreux navires chinois» jettent l'ancre, en flagrante contradiction, selon elle, avec les arguments des autorités sénégalaises.
Pour pallier cette situation, Cepesca et Dakartuna sont entrés en contact permanent avec le Secrétariat général de la pêche (Sgp) et la Commission européenne pour rechercher une solution permettant aux cannes basques de reprendre la pêche au Sénégal ou dans des zones de pêche alternatives comme le Costa Rica, Panama ou Equateur.«Les pêcheurs concernés demandent également que des aides soient articulées de toute urgence pour alléger ces 10 mois de chômage au cours desquels, sans revenus, ils ont continué à faire vivre l'équipage et les frais portuaires et consignataires», soulignent les organisations.
 
 
Sidy Djimby NDAO
 
 
LES ECHOS

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs


Répit

Boules Quies

Syndicat

Boomerang: Solitude

Boomerang: Condés

Boomerang: Eclaboussure

Boomerang: «Daa baax»

Boomerang: Tour de chauffe

Exil

Intérêts


LIVE RADIO

29/03/2021



SANTE

Recrutement de 800 médecins et personnels paramédicaux

Covid : La tendance à la baisse se poursuit

Situation Covid : 5 décès, 52 nouveaux cas

PR FARY KA, CHEF DE SERVICE DE NÉPHROLOGIE DE L’HÔPITAL LE DANTEC « 417 séances d’hémodialyse ont été réalisées pour 90 patients, parmi lesquels21 sont malheureusement décédés»

En direct:Nombre de personnes décédées à cause du coronavirus COVID-19 dans le monde selon le pays

Découvrez le Neem, l'arbre aux 1001 vertus

Coronavirus : un urgentiste préconise une ligne téléphonique spéciale

APPARITION D’UN NOUVEAU VIRUS RESPONSABLE D’INFECTIONS PULMONAIRES CHEZ L’HOMME

QU’EST-CE QUE L’OPHTALMOLOGIE?

Bientôt, la transplantation rénale au Sénégal