jotaay
jotaay jotaay

jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal
THIERNO MADANI TALL AUX POLITICIENS  :«Sans la paix, l'économie ne marche pas, les commerces ne fonctionne pas et vous n'aurez pas d'argent» CONTRE GATSA-GATSA PRÔNE PAR L’OPPOSITION : Abdoulaye Dièye mobilise et entonne l’hymne de la paix INCENDIE AU MARCHÉ OCASS DE TOUBA 26 MOIS APRÈS LE DERNIER SINISTRE : Le coin appelé «Macket bi» prend feu, plusieurs cantines consumées, des millions réduits en cendres GAMOU DE LOUGA: Mansour Sy Djamil, Macky Sall et les mandats HARO SUR UN GANG DE FAUX POLICIERS A KEUR MASSAR: Quatre anciens militaires dont le chef de sécurité de la cité Mixta et un civil ciblent des prostituées, les rackettent et les violent à tour de rôle dans leurs appartements DÉTOURNEMENT D'UNE MINEURE DE 15 ANS : Le procureur sermonne Seck Diallo et lui révèle qu'il devait comparaître en chambre criminelle pour viol et pédophilie DISCOURS SUBVERSIFS ENTRETENUS PAR L’OPPOSITION  :Les mises en garde des cadres de Benno contre les «pyromanes» L’AFFAIRE OUSMANE SONKO-ADJI SARR EN CHAMBRE CRIMINELLE : Les députés de Yewwi se radicalisent, préviennent Macky Sall et convoquent leur droit de résister aux côtés de Ousmane Sonko AUDITIONNÉ AU FOND HIER PAR LE JUGE D’INSTRUCTION: Cheikh Cissé présente ses excuses et dépose une demande de liberté provisoire RÉPLIQUE DE SERIGNE BASSIROU GUEYE à OUSMANE SONKO: «Heureusement qu'il n'avait pas dit que j'étais venu rôder aux alentours de Sweet Beauté, il n'a pas dit que c'est moi qui l'ai conduit à Sweet Beauté»

SALON INTERNATIONAL DU MEDICAMENT:L’Ordre des pharmaciens déplore les médicaments de la rue et met l’Etat devant ses responsabilités



SALON INTERNATIONAL DU MEDICAMENT:L’Ordre des pharmaciens déplore les médicaments de la rue et met l’Etat devant ses responsabilités
Le Salon international du médicament qui regroupe des acteurs du médicament a été une occasion pour le président de l’Ordre des pharmaciens de déplorer les médicaments de la rue qui, dit-il, sont un phénomène qui n’existe qu’en Afrique. Ce qui lui fait dire qu’il appartient à l’Etat de veiller à l’environnement global du médicament.  
 
 
 
Dans la dynamique de relance de l’industrie pharmaceutique, le Salon international du médicament Senpharma s’est ouvert hier à Dakar sous le thème : «la vaccination anti-Covid-19 : mythe, réalités, approches et perspectives». Un salon qui se veut un cadre d’échanges et de partage d’expériences entre tous les acteurs qui gravitent autour du médicament, du patient au pharmacien en passant par le prescripteur, l’infirmier, le chirurgien-dentiste, les sages-femmes, mais aussi les industriels, et de tout autre acteur en lien avec le médicament (financiers, banques, assurances et autres secteurs d’activités). Une initiative qui a cependant connu deux reports à cause de la pandémie à Covid-19. Une occasion pour le chargé de communication du salon de revenir sur la relance de l’industrie pharmaceutique du Sénégal. «Au Sénégal, il y a des projets d’industries accompagnés par l’Etat sur initiative de professionnels. Nous ne pouvons plus être juste des consommateurs de médicaments, nous devons répondre aux aspirations du pays et montrer que nous existons et nous avons les capacités de démontrer qu’on est capable, qu’on est à la hauteur pour qu’on puisse, demain, nous citer en modèle dans le domaine médicamenteux, mais aussi dans le domaine pharmaceutique», a indiqué le pharmacien Assane Ka. De son côté, président de l’Ordre des pharmaciens, Amath Niang est revenu sur les médicaments de la rue. Et, c’est pour rappeler que l’environnement global du médicament relève de la responsabilité de l’Etat qui, dit-il, a la politique de santé, particulièrement du secteur du médicament. «C’est en Afrique seulement qu’on rencontre ce phénomène et non dans les pays d’Europe et du Maghreb qui ont une certaine souveraineté pharmaceutique. Il ne faudrait pas que le médicament soit considéré comme un produit banal. Le médicament n’a pas pour place la rue, le législateur l’a très bien compris pour l’avoir confié aux pharmaciens qui sont des professionnels. C’est un produit de santé, de sécurité, de survie, donc il faut l’entourer, le garantir pour qu’il parvienne au patient dans de meilleures conditions», dit-il. Sur la relance de Medis Sénégal, le président de l’Ordre des pharmaciens de rappeler que notre pays ne peut pas continuer à être dépendant à plus de 95% d’importations de médicaments. «C’est une menace par rapport à notre santé publique, donc si l’Etat fait des efforts en direction de la relance de l’industrie pharmaceutique, on ne peut que l’applaudir parce que ça aura un impact sur le coût et l’accessibilité du médicament.
 
M. CISS
 
 
 
 
 
 
LES ECHOS

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs


Incantations

Extradition

Fog

Graille

Manœuvre

Entregent

Il se fait tard

Gouffre

Delirium tremens

Effroi


LIVE RADIO




SANTE

DR MARIE KHEMESSE NGOM NDIAYE, NOUVELLE MINISTRE DE LA SANTÉ A SA SORTIE D’AUDIENCE AVEC LE PRESIDENT SALL :«Il va falloir renforcer mais surtout améliorer la qualité de tout ce qui se faisait»

Le SAMES décrète une journée « sans blouse » ce jeudi

SALON INTERNATIONAL DU MEDICAMENT:L’Ordre des pharmaciens déplore les médicaments de la rue et met l’Etat devant ses responsabilités

Covid : 1 décès, 11 cas

Covid : 0 décès, 10 cas positifs

Covid : 14 cas

Covid-19 : 18 cas

Les travailleurs de l’hôpital de Mbour en grève

Covid : 0 décès, 26 nouveaux cas

Covid : aucun décès de noté, les cas légèrement en baisse