jotaay
jotaay

https://www.facebook.com/flyairsenegal
Le meilleur de l'info au sénégal
RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LA SITUATION ECONOMIQUE DU SENEGAL : La dette publique a atteint 80,8% du PIB en 2023, l’accélération des réformes de l’administration fiscale préconisée pour stimuler la mobilisation des recettes intérieures EXCÉDÉS PAR LES AGISSEMENTS D’OUSMANE SONKO : Des compatriotes écrivent au Conseil constitutionnel et leur demandent de constater la démission du Président Bassirou Diomaye Faye CAMP GRATUIT DE LA CHIRURGIE A SICAP MBAO : La cataracte serait la première cause de cécité dans le pays BASSIROU DIOMAYE FAYE À BAMAKO DEVANT ASSIMI GOÏTA : «La position malienne, quoique rigide, n'est pas totalement inflexible… la Cedeao est très malmenée, mais nous ne devons pas nous résigner» ASSISES SUR LA REFORME ET LA MODERNISATION DE LA JUSTICE BDF : écarte tout procès en inquisition et théorise un système judiciaire qui inspire confiance aux justiciables DIALOGUE NATIONAL SUR LA JUSTICE Dr Cheikh Tidiane Seck dénonce une ‘’ foire de l’hypocrisie’’ et révèle le ‘’deal’’ qui est de transformer le Conseil constitutionnel en Cour constitutionnelle Mauvaise nouvelle pour les autorités : le fret a presque triplé REFORMES DANS LA JUSTICE : La date des assises prévue pour le 28 mai ; des préalables non encore réglés JOURNEE DE LA MEDIATION : A l’heure de la conciliation comme mode de règlement des litiges CHEIKH OUMAR SY, ANCIEN DEPUTE : « Macky Sall a sacrifié son candidat, son bilan et son parti pour sauver ses propres intérêts »
jotaay

REFORMES DANS LA JUSTICE : La date des assises prévue pour le 28 mai ; des préalables non encore réglés



REFORMES DANS LA JUSTICE : La date des assises prévue pour le 28 mai ; des préalables non encore réglés

 
 
Le président de la République avait invité tous les acteurs de la justice à s’asseoir autour d’une table sous le format des Assises nationales afin de trouver des réformes dans le sens de redorer le blason de la justice. C’est officiel, la date du 28 mai est retenue pour ces Assises nationales. Cependant, pour le moment, les termes de référence ne sont pas connus. Le second problème constitue les nouvelles nominations en vue, surtout celle de Premier président de la Cour suprême.
 
 
 
 
 
Bassirou Diomaye Faye a tenu sa promesse. Les Assises nationales de la justice auront bien lieu. Le président de la République a invité les acteurs à se réunir le 28 mai prochain pour la tenue de ces assises. Pour les magistrats, les avocats, tout comme les greffiers, en tout cas, tout le monde a reconnu que la date retenue est celle du 28 mai. Seulement, personne ne peut dire le programme. Comment ça va se passer ? Etc. La date est donnée, mais pas les termes référentiels. « C’est la date du 28 mai prochain qui a été retenue, mais on ne connait pas les termes référentiels », a laissé entendre Aya Bouna Malick Diop. Cette date est également retenue par les avocats. Du côté des magistrats, l’on se prépare déjà. Chimère Diouf et ses collègues se sont d’ailleurs réunis samedi dernier, en prélude à ses Assises nationales. Pour les magistrats, principaux concernés dans cette histoire, ces assises viennent au bon moment. Le souci de ces derniers est de retrouver cette autorité qui sied à leur profession et de rétablir la perception sur la justice. Toutefois, peut-on aller aux assises sans un Premier président à la Cour suprême ? « Moi, je me pose cette question. Je crois qu’il faudrait d’abord, tenir la réunion du Conseil supérieur de la magistrature, nommer une bonne fois les hommes qui vont porter ces réformes, surtout le Premier président, avant de tenir ces assises », s’exprime un haut magistrat sous le sceau de l’anonymat. Ciré Aly Bâ assure, pour le moment, son propre intérim, en attendant la tenue du Csm. Il ne peut donc pas représenter les magistrats en tant que Premier président de la Cour suprême. Peut-être que d’ici le 28 mai prochain, Diomaye Faye va retrouver les magistrats au Conseil supérieur pour procéder à ce chamboulement tant attendu et qui ne cesse de hanter le sommeil des juges et autres procureurs.
Le mythe, l’autorité des magistrats, la bonne perception de la justice, tout cela s’est, sinon effondré, du moins a perdu son aura, surtout ces 10 dernières années. Des juges hués en pleine audience, des décisions de justice vigoureusement contestées, des magistrats frontalement affrontés, à tort ou à raison ; tout ceci a participé à démythifier et à donner une mauvaise perception de la justice. Dans les coulisses, beaucoup de magistrats, du reste, reconnaissent les déviations de leurs collègues dans certains dossiers. Ces derniers sont accusés de rouler pour l’exécutif. L’heure est à la réforme approfondie.
 
Alassane DRAME
 
 
LES ECHOS


ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs | Santé | Contribution


Triple bonheur

Derrick

« Le bon la brute et les truands »

Parti-Etat ?

Coaching

Etuve

Leader mental

Tollé

Forces contraires

Vivier



LIVE RADIO




SANTE

TABAGISME : LES FUMEURS QUI ARRÊTENT LA CIGARETTE AVANT 40 ANS PEUVENT ESPÉRER VIVRE AUSSI LONGTEMPS QUE LES NON-FUMEURS

LUTTE CONTRE LE CANCER DU COL DE L’UTÉRUS À ZIGUINCHOR : 8 thermoablations et 802 coloscopies pratiquées avec 6 cas de suspension de cancers…

RÉUSSITE DEUX TRANSPLANTATIONS RÉNALES : UNE PREMIÈRE AU SÉNÉGAL : Macky Sall, satisfait, félicite le professeur et annonce le projet de transplantation oculaire

Envie de suicide avec les crises d'hémorroïdes : symptômes, causes, traitements et prévention

RAPPORT « THE PATH THAT ENDS AIDS»: Onusida montre la possibilité de mettre fin au sida d’ici 2030