jotaay
jotaay jotaay

jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal

EXAMEN DU PROJET DE BUDGET DU MINISTERE DE LA SANTE POUR L’ANNEE 2022: Les députés plaident pour une hausse des salaires des médecins et interpellent le ministre sur la menace d’Omicron



 
Abdoulaye Diouf Sarr a défendu hier son budget devant la représentation nationale. Convaincus dans la majorité, les députés ont ainsi validé les 234.996.777francs Cfa accordé au ministère de la Santé pour l’année 2022. Une hausse saluée par tous les députés vu l’importance de ce secteur. Entre doléances pour leurs localités et félicitations pour le travail abattu dans la gestion du Covid-19, les parlementaires se sont entretenus avec Abdoulaye Diouf Sarr près de 4 toursd’horloge durant.
 
 
Durant le marathon budgétaire, le passage du ministère de la Santé est très attendu surtout avec le contexte de Covid-19. Bien qu’une entente ait été trouvée pour les plénières, à savoir 30 orateurs en raison de 18 intervenants pour la majorité, 9 pour l’opposition et 3 pour les non-inscrits, Cheikh Tidiane Gadio, président de séance, a eu beaucoup de peine à faire désister certains parce que la liste était à près de 60 députés inscrits. Quand ils se sont entendusenfin pour comme commencer les travaux, les interventions ont été axées généralementsur des doléances pour des infrastructures au niveau des localités reculées ou encore des ambulances. Opposition et pouvoir sont par contre d’accord sur un point, il faut augmenter davantage le budget. Ils se sont quand-même félicitésde l’augmentation de près de 20 milliards noté entre 2021 et 2022.
 
Abdou Mbacké Dolly : «les populations ne ressentent pas ces nombreux milliards qui vous sont alloués»
 
Il a été le premier orateur et comme à son habitude, le député de Touba a chargé le ministre de la Santé. «Nous saluons l’augmentation de votre budget. Nous sommes d’accord que la santé est très importante et qu’il lui faut un budget très consistant, mais le problème, c’est que les populations ne ressentent pasces nombreux milliards qui vous sont alloués», renseigne-t-il avant d’ajouter qu’ona l’impression que plus il ya de milliards, plus les problèmes résistent dans la gestion du Covid-19. «Nous vous avons donné 100 milliards pour le fonds Covid-19 et près de 89 milliards lors des deux lois de finances rectificatives.Bien que je magnifie cette rallonge dans votre budget, j’aimeraissavoir à quoi elle servira concrètement. Les populations de Touba aimeraient aussi savoir à quand le fonctionnement de l’hôpital que vous avez inauguré. Les tarifs des cliniques sont extrêmement élevés, mais nous sommes obligés de subir leur diktat», souligne Abdou Mbacké Dolly qui plaide aussi pour l’augmentation des salaires des blouses blanches.
 
 
Toussaint Manga : «je vous encourage, car ce n’était pas évident. Je suis à l’aise pour apprécier le travail qui a été fait»
 
 «Je vous encourage car ce n’était pas évident. Pour avoir pris part aux réflexions pour la gestion de la Covid-19, je suis à l’aise pour apprécier le travail qui a été fait», témoigne Toussaint Manga, membre de la commission de Force Covid-19. Pour lui, le personnel médical mérite d’être récompenséavec le relèvement de leurssalaires, parce qu’ilsont fait preuve de patriotisme et de professionnalisme au sacrifice de leur vie.«Il ya eu beaucoup d’efforts dans le recrutement du personnel, c’est à saluer. Mais le défi qui reste, c’est la répartition des spécialistes au niveau national. Le Sénégal a formé beaucoup de spécialistes, il reste maintenant à les encourager à rallier l’intérieur du pays. J’estime qu’il faut un traitement particulier pour tous les médecins et pharmaciens qui acceptent d’aller à l’intérieur du pays», soutient Toussaint Manga qui a aussi faut un plaidoyer pour les jeunes pharmaciens. «Je souhaiterai que vous facilitiez à nos jeunes pharmaciens l’ouverture d’officine. Il faut l’intégrer dans les perspectives de renouvellement. Au-delà, il faudrait que toutes les localités puissent avoir une pharmacie pour régler le problème de l’accessibilité aux médicaments», dit-il, avant de demander un hôpital de niveau 3 pour Ziguinchor.
 
Aida Mbodji : «vous êtes surmédiatisé actuellement, mais vous ne faites pas allusion à la nouvelle menace qui pèse sur nous»
 
Si certains députés se sont félicités de la construction de nouveaux hôpitaux, Aida Mbodji, elle, estime qu’on s’est empressé d’inaugurer des hôpitaux qui ne sont jusqu’à présent pas fonctionnels.«Nous sommes presque à la quatrième vague,donc nous devons avoir un mécanisme pérenne d’alerte pour la contrer. Vous êtes surmédiatisé maintenant, mais vous ne faites pas du tout allusion à cette alerte ;or c’est extrêmement important. C’est une menace à prendre très au sérieux, d’autant plus que nous avons pris le vaccin de Synopharm mais il n’est pas reconnu comme pass sanitaire dans certains pays», dit-elle.
 
Marie Sow Ndiaye : «le phénomène de la fuite des cerveaux est un problème réel, une énorme perte pour le Sénégal»
 
Après avoir félicitéle ministre de la Santé, Marie Sow Ndiaye a invité aussi le ministre de la Santé à faire visiter le logement des internes à ses services pour constater eux-mêmes l’état délétère dans lequel ils vivent, surtout ceux de l’hôpital Fann.Elle regrette aussi la fuite de cerveaux notée dans le domaine des anesthésistes. Selon Marie Sow Ndiaye, c’est une énorme perte pour le Sénégal. Il faudrait donc trouver les moyens de retenir ces jeunes diplômés 3n mettant en valeur leurs connaissances.
 
Decroix :  «même si on amenait le budget à 15%, sans la prévention, cela ne servirait à rien»
 
Mamadou Diop Decroix, lui, regrette l’insuffisance du budget alloué à la santé. «Sous le Président Wade, avec Macky Sall comme Premier ministre, le budget de la santé était déjà à 5%, alors j’estime qu’il faut une évolution, surtout avec le contexte actuel. Je plaide pour une augmentation conséquente du budget de votre département», soutient Decroix, qui embraye:«je ne suis pas sûr que tous les milliards dans le pipeline arrivent comme il le faut à la base».Mamadou Diop Decroix estime que sans la prévention, rien de bien ne pourra se faire. «Même si on amenait le budget à 15%, sans la prévention, cela ne servirait à rien», assure-t-il.
NdèyeKhady DIOUF
 
 
 
LES ECHOS

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs


Ça craint !

Guerre et paix

L’Or sec

Amadouer

Changement

Perrette

Confirmation

Météo

Silence

Loto


LIVE RADIO

29/03/2021



SANTE

DR MARIE KHEMESSE NGOM NDIAYE, NOUVELLE MINISTRE DE LA SANTÉ A SA SORTIE D’AUDIENCE AVEC LE PRESIDENT SALL :«Il va falloir renforcer mais surtout améliorer la qualité de tout ce qui se faisait»

Le SAMES décrète une journée « sans blouse » ce jeudi

SALON INTERNATIONAL DU MEDICAMENT:L’Ordre des pharmaciens déplore les médicaments de la rue et met l’Etat devant ses responsabilités

Covid : 1 décès, 11 cas

Covid : 0 décès, 10 cas positifs

Covid : 14 cas

Covid-19 : 18 cas

Les travailleurs de l’hôpital de Mbour en grève

Covid : 0 décès, 26 nouveaux cas

Covid : aucun décès de noté, les cas légèrement en baisse