jotaay
jotaay jotaay

jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal

Me AMADOU DIALLO SUR LA CONTRE-EXPERTISE DEMANDÉE PAR LE PROCUREUR DE ZIGUINCHOR



Me AMADOU DIALLO SUR LA CONTRE-EXPERTISE DEMANDÉE PAR LE PROCUREUR DE ZIGUINCHOR
 
«Le dernier rapport a été fait par l’un des meilleurs médecins-légistes du Sénégal et l’attitude du Procureur ne donne pas une bonne impression quant à son impartialité et son indépendance»
 
 
 
La sortie du procureur de Ziguinchor n’a pas été du goût de Me Amadou Diallo, encore moins de la famille de Idrissa Goudiaby. Ils ont été très surpris d’apprendre de la bouche du maître des poursuites qu’une autre autopsie va se faire. Ce, au moment où elle s’apprêtait à passer à l’enterrement. Réagissant aux propos du chef du Parquet, l’avocat estime qu’en ayant cette attitude, le maître des poursuites ne donne pas «une bonne impression quant à son impartialité et son indépendance». L’avocat précise que la contre-expertise a été effectuée par l’un des meilleurs médecins-légistes du Sénégal. Il s’y ajoute que les témoins entendus dans le dossier sont confortés par les conclusions de cette contre-expertise. Du coup, la famille exige qu’on leur remette le corps.
 
 
«La famille exige qu’on leur remette très rapidement le corps afin de procéder à l’enterrement selon le rite musulman»
 
«Ce que je retiens, c’est que le dernier rapport a été effectué par l’un des meilleurs médecins-légistes du Sénégal, en l’occurrence le professeur Mouhamed Soumah, assisté de deux autres excellents médecins-légistes. A cet égard, quand le procureur, qui n’est pas un sachant en la matière, se permet de se poser des questions, par rapports aux contradictions qu’il aurait relevées, cela pose problème. Parce que son seul souci, c’est de rechercher la vérité en ouvrant une enquête pour identifier les auteurs de cet homicide. Aujourd’hui, il dispose de suffisamment d’éléments objectifs comme subjectifs pour poursuivre l’enquête, parce que l’enquête se fait sur la base d’indices graves et concordants. Tous ces éléments-là sont réunis. Le rapport d’expertise, qui est considéré comme un document technique, donc à priori objectif, a lui-même suffi pour que l’on puisse considérer qu’il y a des indices graves et concordants, pour une information judiciaire afin de déterminer ou d’identifier les auteurs de cet homicide. Mais, il s’y ajoute que ce rapport d’expertise conforte tous les témoignages recueillis. Je dis bien tous les témoignages jusque-là recueillis qui ont abondé dans le sens de ce que feu Idrissa Goudiaby a été tué par balle. Des témoignages confortés par un document technique a priori objectif. Donc, en sollicitant une troisième expertise, le procureur met la famille dans une sorte de détresse supplémentaire, parce que cela fait aujourd’hui 40 jours que la famille n’est pas entrée en possession du corps de son enfant. La famille veut faire son deuil, elle veut enterrer Idrissa Goudiaby conformément au rite musulman qui implique un bain rituel. Et aujourd’hui, il semble que les conditions de conservations du corps, au niveau de Ziguinchor, ne permettent pas, si elle se prolonge davantage, de faire bénéficier à Idrissa Goudiaby, un enterrement conforme à sa religion, puisqu’à Ziguinchor toutes les morgues sont à température positive, c’est-à-dire que c’est des morgues qui ne permettent pas la congélation du corps. Donc, au-delà d’un certain nombre de jours, le corps risque d’être totalement décomposé. Et dans cette hypothèse-là, la famille ne pourra plus l’enterrer toute seule, dans son intimité ; il faudra l’intervention des services d’hygiène ou des sapeurs-pompiers pour le faire. Et à ce moment, la famille va souffrir deux, trois, quatre fois davantage. Après avoir perdu son enfant dans des conditions dramatiques, des conditions qui ont soulevé beaucoup d’émotions, mais aussi énormément de polémiques, la famille risque de perdre le droit d’enterrer son mort dans les conditions requises par leur croyance religieuse. Ce qui est inadmissible, surtout que, jusqu’au moment où je vous parle, et à notre avis, il n’y a aucune base légale qui permette au procureur de solliciter une troisième expertise. Et cette troisième expertise ne donne pas à la famille une bonne impression du travail du procureur quant à son impartialité et à son indépendance. Cela est perçu, par la famille, comme une tentative de masquer ou de cacher la vérité au profit des éléments des forces de défense et de sécurité. Donc cette sortie est, à notre avis, malencontreuse et inquiétante pour la suite à réserver à cette affaire. C’est la raison pour laquelle la famille exige d’entrer en possession du corps le plus rapidement possible, parce qu’elle a assez souffert. Elle dit que même si, par ailleurs, c’est elle qui a sollicité la contre-expertise, on doit lui reconnaitre d’avoir fait preuve de suffisamment de patience. Je pense que pour un équilibre social, pour permettre à la famille de faire son deuil et d’aller vers l’apaisement des cœurs et des esprits, le procureur doit prendre toutes les dispositions nécessaires et dans les meilleurs délais pour que la famille reprenne son enfant et puisse l’enterrer dignement. Il est temps que le procureur fasse preuve d’humanisme et prenne en compte la douleur de la famille de feu Idrissa Goudiaby. Parce que tant que le deuil n’est pas fait, le chagrin aura du mal à se dissiper».
 
 
Alassane DRAME
 
 
LES ECHOS


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs


Ça craint !

Guerre et paix

L’Or sec

Amadouer

Changement

Perrette

Confirmation

Météo

Silence

Loto


LIVE RADIO

29/03/2021



SANTE

DR MARIE KHEMESSE NGOM NDIAYE, NOUVELLE MINISTRE DE LA SANTÉ A SA SORTIE D’AUDIENCE AVEC LE PRESIDENT SALL :«Il va falloir renforcer mais surtout améliorer la qualité de tout ce qui se faisait»

Le SAMES décrète une journée « sans blouse » ce jeudi

SALON INTERNATIONAL DU MEDICAMENT:L’Ordre des pharmaciens déplore les médicaments de la rue et met l’Etat devant ses responsabilités

Covid : 1 décès, 11 cas

Covid : 0 décès, 10 cas positifs

Covid : 14 cas

Covid-19 : 18 cas

Les travailleurs de l’hôpital de Mbour en grève

Covid : 0 décès, 26 nouveaux cas

Covid : aucun décès de noté, les cas légèrement en baisse