jotaay
jotaay

jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal
Un Sénégalais qui tentait de rejoindre les États-Unis abattu à la frontière avec l'Équateur CHEIKH GUEYE TACLE SES ADVERSAIRES : «Pour prétendre diriger une commune, il faut au moins connaître les prérogatives d’un maire» MOUSTAPHA DIOP NARGUE AMINATA MBENGUE NDIAYE ET MAMOUR DIALLO: «Certains se sont ligués pour me combattre, mais je suis confiant, les populations sauront faire le bon choix» RENCONTRE AVEC LES POPULATIONS DE BELFORT:   Abdoulaye Baldé promet ‘’l’Allée de la promenade des Ziguinchorois’’ qui passera à Boudody, Boucotte, Belfort, Corentas, Santhiaba La proposition de loi pour la criminalisation de l’homosexualité rejetée par 9 députés sur les 10 présents THIALÉ S'ÉVADE DE PRISON ET CRÉE UNE BANDE QUI ÉCUMAIT LES POPULATIONS :Il risque la réclusion criminelle à perpétuité avec deux de ses acolytes THIERNO ALASSANE SALL À PROPOS DU TER: «Investir dans des éléphants blancs, c’est contraindre les générations futures à payer le prix fort de l’incurie et de la gabegie» LE DISCOURS INTRANSIGEANT DE MACKY SALL AUX LIONS :«Ce n’est plus un challenge pour vous d’aller en finale. Il faut nous ramener la coupe» DISPARUE DEPUIS LE MERCREDI 28 DÉCEMBRE:  Aicha Ly retrouvée en Côte d’Ivoire LUTTE CONTRE LA DÉLINQUANCE A ZAC MBAO: Le redoutable gang d’agresseurs mineurs, âgés entre 15 ans et 17 ans, démantelé

MAME MBAYE NIANG, LEADER DE LA COALITION: «SÉNÉGAL 2035» «Le dernier mot revient aux Dakarois et je suis certain qu’ils n’accepteront pas d’être le bras armé de quiconque ou un moyen pour certains de garder leurs privilèges»



MAME MBAYE NIANG, LEADER DE LA COALITION: «SÉNÉGAL 2035» «Le dernier mot revient aux Dakarois et je suis certain qu’ils n’accepteront pas d’être le bras armé de quiconque ou un moyen pour certains de garder leurs privilèges»
 
 
Mame Mbaye Niang va aller aux élections locales avec sa coalition qui se présente essentiellement dans 15 communes de Dakar, mais aussi au niveau de la ville dont il dirige lui-même la liste. Faisant une analyse sommaire de l’actualité politique, ce dernier déplore les violences notées dans le champ politique en invitant les uns et les autres au calme, puisque le dernier mot reviendra aux populations de Dakar.
 
La candidature de Mame Mbaye Niangest àprendre au sérieux. Le ministre-chef de cabinet du Président Macky Sall veut se placer en véritable challenger pour la ville de Dakar. Se félicitant de la mise en place des listes de sa coalition sans problème majeur, il soutient qu’il a déposé 15 listes sur les 19 communes que compte Dakar, plus la liste de la ville, ce qui fait donc 16 listes pour sa coalition. D’après l’ancien ministre de la Jeunesse, sélectionner des candidats pour les listes électorales, surtout pour la ville, n’a jamais été facile.«C’est souvent le choix pour la tête de liste qui se révèle être le plus dur. C’est une épreuve très difficile. La preuve, beaucoup de coalitions et partis rencontrent d’énormes difficultés à ce stade. Mais à notre niveau, nous n’avons connu, par la grâce de Dieu, aucun problème majeur. Cela a été possible grâce à nos critères de choix», explique-t-il.
Poursuivant, Mame Mbaye Niang soutient qu’il a misé sur des personnes qui, pour la majeure partie, n’ont jamais occupé de poste de responsabilité dans l’Etat, mais qui ont su se positionner de par leurs propres moyens dans leur commune. Ce sont,dit-il, des personnes qui,malgré leur apport dans leur localité,n’ont pas été choisis ou n’ont pas les moyens pour déposer une caution. «Nous leur avons donc tendu la main pour travailler sur la base d’un programme. La plupart d’entre eux sont issus de la société civile, de l’opposition ou sont même des apolitiques, mais qui ne se sont toujours pas impliqués dans la gestion de leur cité. Pour Dakar-Plateau, par exemple, notre candidat est connu grâce à son Ong avec laquelle il fait beaucoup d’actions dans sa commune ; c’est d’ailleurs ce qui lui a valu la confiance des populations. Il en est de même pour beaucoup d’autres communes», clarifie Mame Mbaye Niang.
 
«Nos candidats sont issus pour la majeure partie de la société civile, de l’opposition ou sont simplement des apolitiques…»
 
 
Abordant la question de l’adversité à la ville de Dakar, l’ancien ministre de la Jeunesse soutient qu’il est impératif pour le maire de la ville d’avoir des relations huilées avec les autres maires des communes à cause de l’acte III de la décentralisation.«Il faut une parfaite entente entre le maire de la ville et ceux des communes pour exécuter convenablement son programme. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de nous présenter dans 15 sur les 19 communes de la ville de Dakar», renseigne M. Niang, selon qui il est le seul parmi tous les aspirants à la ville à parler de programme en le déclinant correctement.
Pour lui, il serait imprudent d’élire lesopposantsradicaux, parce que ces derniers comptent utiliser les mairies comme une arme contre le Président Macky Sall.  «A mon avis, celui qui désire travailler pour sa commune ne peut pas s’opposer radicalement à l’État. Nous avons tous vu durant les 9 dernières années les communes dirigées par les opposants et celles dirigées par la mouvance présidentielle. On note une réelle différence dans la mise en œuvre des projets à cause des tensions entre le régime et le maire», fait-il remarquer. Mais pour Mame Mbaye Niang, ce cas de figure existe aussi pour certaines communes dirigées par des ministres ou directeurs générauxnon pas à cause de tension, mais plutôt du manque d’ambitions des maires en question. Ceux-là, affirme-t-il,ne gèrent que leurs privilèges. «Certains ministres ou directeurs généraux sont restés injoignables durant tout leur mandat et à l’approche des élections, ils ont le culot d’aller briguer la voix des populations, alors qu’ils n’ont fourni aucun effort pour leurs communes ; toutes les réalisations qu’ils ont inaugurées relèvent de la compétence de l’État», fulmine le chef de cabinet du chef de l’Etat.
 
 
«Il serait imprudent d’élire un opposant radical qui compte utiliser la mairie pour combattre le régime du Président Sall»
 
 
Mame Mbaye Niang de faire savoir que de son côté, il a étudié avec son équipe toutes les difficultés que vivent les Dakarois telles que les embouteillages, le problème de parking ou encore celui de l’éducation,pour proposer un programme sur cette base. «Nous savons pertinemment qu’il est impossible de bien travailler au niveau des communes sans être en parfaite entente avec l’Etat. C’est malsain de faire croire aux populations qu’on peut combattre le régime une fois élu maire. C’est aussi ignoble de vouloir gagner une mairie pour conserver ses privilèges. Le dernier mot revient au Dakarois et je suis convaincu qu’ils n’accepteront pas d’être le bras arméde quiconque, encore moins un moyen pour certains de conserver leurs privilèges», assure Mame Mbaye Niang.
Sur la question de la violence notée dans le champ politique à la veille de ces locales, le chef de cabinet du Président Macky Sall estime que l’on peut compétir dans la discipline, le calme et la paix. «Ceux qui réussiront à gagner la confiance des Dakarois remporteront les élections. C’est irresponsable de vouloir brulercoûte que coûte le pays parce que l’on se senten position de faiblesse. Nous sommes dans une République et il ya des manières de protester sans mettre le feu au pays», tonne-t-il.
 
«C’est malsain de faire croire aux populations qu’on peut combattre le régime une fois élu maire. C’est aussi ignoble de vouloir gagner une mairie pour conserver ses privilèges»
 
Pour lui, il faudrait que chacun d’eux fasse preuve d’honnêteté et de maturité. «Si tout le monde se conforme à la loi,il n’y aura pas de difficulté majeure. On ne peut pas s’ériger en républicain et défier ouvertement l’État. Le problème, c’est que quand l’objectif n’est pas clair, on devient aigri, méchant, ce qui pousse la personne à se faire mal lui-même avant d’en faire aux autres. Et à ce stade, on devient un danger public qui doit être maîtrisé et ce rôle revient à l’Etat qui doit lui aussi veiller au respect des droits de chacun de nous. La paix est le premier facteur de développement», conclut Mame Mbaye Niang.
 
NdèyeKhady DIOUF
 
LES ECHOS


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs


Boomerang: La curée

Boomerang: Cas

Crescendo

Campagnes

Boomerang: Ronron

Marquage de territoire

Boomerang: Invité-surprise

AUGUSTIN SENGHOR SUR LA VICTOIRE FINALE: «Nous n’avons pas peur d’assumer cette ambition»

Sublimation

Le difficile est le chemin


LIVE RADIO

29/03/2021



SANTE

Covid : 604 nouveaux cas

Covid : 717 cas en 72h

VACCINATION CONTRE LE COVID-19: Le Sénégal vers l’instauration d’une troisième dose

Les 3 cas de Omicron guéris

EXAMEN DU PROJET DE BUDGET DU MINISTERE DE LA SANTE POUR L’ANNEE 2022: Les députés plaident pour une hausse des salaires des médecins et interpellent le ministre sur la menace d’Omicron

COVID-19 EN AFRIQUE DU SUD: Un nouveau variant dénommé «Omicron», résistant aux vaccins, sème la terreur

LANCEMENT DES TRAVAUX DU CENTRE NATIONAL D’ONCOLOGIE DE DIAMNIADIO: Macky annonce la gratuité, dès janvier, des intrants de la chimiothérapie pour les cancers féminins, en attendant la prise en charge de tous les malades

LUTTE CONTRE LE CANCER DU COL DE L’UTERUS 1800 nouveaux cas de cancer par an au Sénégal, la Lisca préconise le dépistage des femmes de 40 et 74 ans tous les 2 ans

0 décès, 10 nouveaux cas et 9 cas graves

3 décès, 14 nouvelles contaminations