jotaay
jotaay

jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal
Retour du poste de PM : la conférence des présidents se réunit demain MAME MBAYE NIANG, LEADER DE LA COALITION: «SÉNÉGAL 2035» «Le dernier mot revient aux Dakarois et je suis certain qu’ils n’accepteront pas d’être le bras armé de quiconque ou un moyen pour certains de garder leurs privilèges» PERTES FISCALES DUES A LA FRAUDE ET A L’EVASION FISCALE Le Sénégal parmi les pays africains les plus impactés par le fléau avec plus de 151 milliards de F Cfa de pertes fiscales en 2020 SOMMET CHINE-AFRIQUE A DAKAR: Macky priorise le renforcement de la souveraineté pharmaceutique et médicale et la sécurité sanitaire de nos pays Au sommet Chine-Afrique, le Sénégal demande le soutien de Pékin au Sahel Meeting d'investiture du ministre-maire de Sédhiou: Abdoulaye Diop bat le record de mobilisation et promet une victoire éclatante le 23 janvier 2022 ATTAQUES CONTRE LE KHALIFE GÉNÉRAL DES TIDIANES: Daara Mame Maodo Wattu Sunu Pass-Pass menace de corriger Iran Ndao ABDOULAYE DAOUDA DIALLO SUR LE RETOUR DU POSTE DE PM :«Nous avons 50 milliards sur la réserve de gestion et 50 milliards en investissement pour faire face à des situations d’urgence» LES GRAVES ACCUSATIONS DE SERIGNE MOUSTAPHA SY: «Depuis que Macky Sall est à la tête de ce pays, tous les hommes de valeur sont décédés» COUR D’APPEL DE ZIGUINCHOR : Le dossier Aminata Diack/Abdoul Mbaye renvoyé au 13 janvier 2022

LA SOCIETE CIVILE DIVISÉE PAR LA QUESTION DE LA CANDIDATURE OU PAS DE MACKY SALL EN 2024 Le collectif Noo Lank claque la porte d’un cadre de la société civile qui refuse de prendre position sur le 3e mandat



LA SOCIETE CIVILE DIVISÉE PAR LA QUESTION DE LA CANDIDATURE OU PAS DE MACKY SALL EN 2024  Le collectif Noo Lank claque la porte d’un cadre de la société civile qui refuse de prendre position sur le 3e mandat
 
 
Alors qu’elle doit faire bloc pour espérer peser sur le processus démocratique, la société civile sénégalaise continue de se déchirer. Après les fissures enregistrées en son sein après la déclaration de Ousmane Sonko disant qu’il ne signerait pas la charte de non-violence du cadre unitaire de l'Islam au Sénégal, les choses se compliquent au niveau de la société civile sénégalaise. Hier, le collectif Noo Lank a publié un communiqué pour se démarquer de l’approche de l’autre partie de la société civile, l’accusant de manquer de réalisme et remettant en question leur engagement à jouer le rôle d'arbitre du jeu politique. À l’origine de ce clash, le refus d’une partie des acteurs d’inscrire dans la charte de la paix «le principe élémentaire de la non candidature du Président Macky Sall en 2024», demandé par le collectif Noo Lank.
 
 
 
 
 
Considérée par certains comme l’arbitre du jeu démocratique, la société civile sénégalaise semble se perdre dans sa mission. En tout cas, les acteurs ne parlent plus le même langage et certains, dépités par le comportement d’autres, commencent à quitter le cadre devant servir à les regrouper. Dans un communiqué publié hier, Noo Lankse démarque de l’approche de l’autre partie de la société civile, l’accusant de manquer de réalisme et de remettre en question leur engagement à jouer le rôle d'arbitre du jeu politique. «Le collectif Noo Lank, après avoir discuté avec les organisations de la société civile, a décidé de s'écarter de leur approche qui manque de réalisme et remet en question leur engagement à jouer le rôle d'arbitre du jeu politique», a accusé le collectif citoyen.
 
 
La pomme de discorde
 
 
Et d’expliquer sa décision par le refus des acteurs d’inscrire dans la charte de la paix le principe élémentaire de la non candidature du Président Macky Sall en 2024.«Dans le cadre de ces échanges pour structurer les principes d'une charte applicable jusqu'en  2024, le collectif a développé, insisté et réitéré que les acteurs de la société civile qui veulent porter la  charte de la paix affirment dans celle-ci le principe élémentaire de la non candidature du Président Macky Sall en 2024, puisque le niveau actuel des violences dans l'arène politique et leurs occurrences multiformes est déterminé par une source principale : le forcing d'une troisième candidature», a fait savoir Noo Lank.
Ainsi, estimant qu'il suffirait que le président de la République annonce sa non candidature en 2024 pour que la tension et le niveau des enjeux reviennent à une intensité normale, Noo Lank regrette que «cette candidature forcée que le Président et son équipe cultivent par la ruse et la sanction systématique de ceux qui s'y opposent et la protection de ceux qui l'encouragent doit être stoppée».«Elle vaut pour eux toute la violence politique nécessaire. Elle est le risque n° 1 de déstabilisation du pays», ajoute encore Noo Lank, indiquant que cette question doit être adressée dans le cadre de la dynamique de paix qu'il entend promouvoir avec la société civile et les acteurs politiques.«De ce point de vue, les acteurs qui veulent porter un discours de paix doivent aussi porter un discours de vérité et non se limiter à énoncer des principes généraux de paix, auxquels tout le monde adhère, mais qui ne changeront pas la tension, les enjeux et surtout la source majeure de cette tension que constitue la posture et les manœuvres du Président et ses hommes pour s'éterniser au pouvoir», accuse encore l’organisation de la société civile.
 
 
«Il faut des acteurs dont la déférence au président de la République ne les empêche pas de dire et défendre la vérité»
 
 
 
Mais s’il en est ainsi, c’est que, croit savoir Noo Lank, «ne peuvent jouer le rôle d'arbitres neutres des organisations ou personnalités qui ne peuvent dire haut et clairement ce que les Sénégalais savent tous : que le Président Macky Sall n'a pas droit à un troisième mandat».
Pour eux, ne pas reconnaître ce problème comme la source principale des forcings et stratégies de violences politiques développées par le pouvoir, c'est manquer de réalisme. Ce handicap mènera la charte à l'échec.«La charte et la dynamique de paix durable ont besoin d'acteurs dont la déférence au président de la République ne les empêche pas de dire et défendre la vérité. C'est la sincérité et la vérité profonde de ce discours qui résonnera positivement avec les Sénégalais et les acteurs politiques et non uniquement la déférence à leur statut de représentants éminents d'organisations de la société civile ou religieuse. Les Sénégalais ont dépassé ce stade», ajoute Noo Lank qui précise avoir décidé de ne pas s'engager dans cette impasse et entend développer d'autres voies.
 
 
 
 
 
Sidy Djimby NDAO
 
 
 
 
LES ECHOS


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs


Huile caillée

Boomerang: Huile caillée

Katioucha

Brouhaha

Renaissance

Retour

Alternative

Zèle nocif

Sécurité

Embrouillamini


LIVE RADIO

29/03/2021



SANTE

COVID-19 EN AFRIQUE DU SUD: Un nouveau variant dénommé «Omicron», résistant aux vaccins, sème la terreur

LANCEMENT DES TRAVAUX DU CENTRE NATIONAL D’ONCOLOGIE DE DIAMNIADIO: Macky annonce la gratuité, dès janvier, des intrants de la chimiothérapie pour les cancers féminins, en attendant la prise en charge de tous les malades

LUTTE CONTRE LE CANCER DU COL DE L’UTERUS 1800 nouveaux cas de cancer par an au Sénégal, la Lisca préconise le dépistage des femmes de 40 et 74 ans tous les 2 ans

0 décès, 10 nouveaux cas et 9 cas graves

3 décès, 14 nouvelles contaminations

Recrutement de 800 médecins et personnels paramédicaux

Covid : La tendance à la baisse se poursuit

Situation Covid : 5 décès, 52 nouveaux cas

PR FARY KA, CHEF DE SERVICE DE NÉPHROLOGIE DE L’HÔPITAL LE DANTEC « 417 séances d’hémodialyse ont été réalisées pour 90 patients, parmi lesquels21 sont malheureusement décédés»

En direct:Nombre de personnes décédées à cause du coronavirus COVID-19 dans le monde selon le pays