jotaay
jotaay

https://www.facebook.com/flyairsenegal
Le meilleur de l'info au sénégal
RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LA SITUATION ECONOMIQUE DU SENEGAL : La dette publique a atteint 80,8% du PIB en 2023, l’accélération des réformes de l’administration fiscale préconisée pour stimuler la mobilisation des recettes intérieures EXCÉDÉS PAR LES AGISSEMENTS D’OUSMANE SONKO : Des compatriotes écrivent au Conseil constitutionnel et leur demandent de constater la démission du Président Bassirou Diomaye Faye CAMP GRATUIT DE LA CHIRURGIE A SICAP MBAO : La cataracte serait la première cause de cécité dans le pays BASSIROU DIOMAYE FAYE À BAMAKO DEVANT ASSIMI GOÏTA : «La position malienne, quoique rigide, n'est pas totalement inflexible… la Cedeao est très malmenée, mais nous ne devons pas nous résigner» ASSISES SUR LA REFORME ET LA MODERNISATION DE LA JUSTICE BDF : écarte tout procès en inquisition et théorise un système judiciaire qui inspire confiance aux justiciables DIALOGUE NATIONAL SUR LA JUSTICE Dr Cheikh Tidiane Seck dénonce une ‘’ foire de l’hypocrisie’’ et révèle le ‘’deal’’ qui est de transformer le Conseil constitutionnel en Cour constitutionnelle Mauvaise nouvelle pour les autorités : le fret a presque triplé REFORMES DANS LA JUSTICE : La date des assises prévue pour le 28 mai ; des préalables non encore réglés JOURNEE DE LA MEDIATION : A l’heure de la conciliation comme mode de règlement des litiges CHEIKH OUMAR SY, ANCIEN DEPUTE : « Macky Sall a sacrifié son candidat, son bilan et son parti pour sauver ses propres intérêts »
jotaay

L'IMAM DE LA MOSQUÉE DE LA CITÉ MARINE/DERKLÉ AGRESSÉ EN PLEINE PRIÈRE DE FADJR PAR DEUX JEUNES : Ses agresseurs estiment tout simplement que Abdoulaye Guèye ne pouvait plus diriger la prière parce qu'il commettait des fautes



L'IMAM DE LA MOSQUÉE DE LA CITÉ MARINE/DERKLÉ AGRESSÉ EN PLEINE PRIÈRE DE FADJR PAR DEUX JEUNES : Ses agresseurs estiment tout simplement que Abdoulaye Guèye ne pouvait plus diriger la prière parce qu'il commettait des fautes

 
 
 
Mame El Malick Ba et Ahmed Tidiane Ndiaye, des jeunes du quartier de la cité Marine/Derklé, ont été condamnés hier mercredi à 3 mois de prison assortis du sursis, pour entrave à l'exercice d'un culte et outrage au ministère d'un culte. Ces derniers qui estimaient que l'imam Abdoulaye Guèye commet des fautes en récitant le Coran, ont attendu le moment où il dirigeait la prière de l'aube pour l'agresser.
 
 
 
La mosquée de la cité Marine/Derklé a été transformée en un ring de boxe. À l'origine, une vive altercation qui oppose l'imam de la mosquée à deux fidèles. Pourtant, ces faits déférés hier mercredi devant le tribunal des flagrants délits de Dakar ne datent pas d'aujourd'hui. En effet, dans ce quartier, l’imam ratib âgé de 81 ans ne peut plus diriger la prière du fait de sa vieillesse. C'est dans ces circonstances qu'il a désigné Abdoulaye Guèye comme imam de ladite mosquée. Hélas, son statut d’imam est contesté par les fidèles, du fait de son "comportement", selon les plaignants.
 
 
Une Ag pour destituer l’Imam
 
 
C'est ce qui a conduit à une assemblée générale organisée dans le quartier et à l'issue de laquelle il a été retenu sur procès-verbal que Abdoulaye Guèye a été déchu de son statut d’imam de la mosquée de la cité. Ledit document a été même envoyé au commissaire de police de la localité et au préfet. N'empêche, Abdoulaye Guèye continuait toujours à diriger la prière. Et le 29 novembre 2023, aux environs de 5h du matin, comme d'habitude, l'imam est allé dans la mosquée de ce quartier pour diriger la prière de "fadjr" (aube).
 
 
L’imam agressé à la fin de la prière
 
 
Mais malheureusement, à peine terminé, il a été agressé par les nommés Mame El Malick Ba et Ahmed Tidiane Ndiaye. A l’en croire, ces derniers l'ont roué de coups de poing alors qu'il avait subi une intervention chirurgicale au niveau du ventre. Ainsi, le lendemain 30 novembre, il est allé déposer une plainte au commissariat de Dieuppeul. Ses agresseurs sont convoqués et entendus quelques jours. L'enquête clôturée, Mame El Malick Ba et Ahmed Tidiane Ndiaye ont été autorisés à rentrer chez eux.
Cependant, l'imam n’a pas laché prise. Il dépose un certificat médical attestant une incapacité temporaire de travail de 21 jours pour qu'ils soient arrêtés et placés sous mandat de dépôt, le 5 mai 2024, (5 mois plus tard).
Inculpé, ils ont été jugés hier pour coups et blessures, entrave à l'exercice d'un culte et outrage au ministère d'un culte. L'imam Abdoulaye Guèye : "Le jour des faits, je suis allé diriger la prière du fadjr. Mais après avoir terminé, Mame El Malick Ba m'a surpris par derrière et m'a ceinturé avant de me donner des coups de poing en me tordant le cou, au moment où Ahmed Tidiane Ndiaye me tenait la main. Heureusement, d'autres fidèles sont venus me secourir", a expliqué Abdoulaye Guèye, qui dit être l'imam de cette mosquée depuis 10 ans. A propos de sa destitution comme Imam, il dit : "je n'ai jamais été au courant de cette assemblée générale et personne ne m'en a informé. J'avoue qu'on avait tenu une assemblée générale à laquelle j'ai assisté et c'est moi qui avais clôturé la cérémonie avec des prières. Et ces points n'ont jamais été évoqués".
Des accusations de la partie civile en partie corroborées par certains témoins qui ont assisté à la scène et qui ont été entendus sur procès-verbal d'enquête. Ces derniers ont déclaré que c'est Mame El Malick Ba qui avait ceinturé l'imam au moment de son attaque.
 
 
Mame El Malick Ba et Ahmed Tidiane Ndiaye campent sur leur position
 
 
Appelé à la barre, Mame El Malick Ba a tout nié : "Je suis juste venu lui demander de ne pas diriger la prière parce que la cité a un comité qui a décidé cela".
 Ahmed Tidiane Ndiaye, lui, est resté ferme sur le fait que l'imam ne devrait pas diriger la prière là-bas. "Il n'est pas de la cité et c'est pour cela qu'il ne peut pas diriger la prière. Il n'habite pas là-bas non plus. En plus, il a une fois été attrait en Cour d'assises. On l'a bloqué ce jour-là parce qu'on a constaté qu'en dirigeant la prière, il s'est trompé en récitant le Coran", a-t-il argué.
La présidente de l'audience n'a pas manqué de les sermonner. "Vous êtes tous des musulmans et si vous voyez que vous ne lui faites plus confiance, vous convoquez une réunion dans le quartier pour désigner une autre personne qui dirigera la prière. Vous ne représentez pas le quartier. Personne ne vous a désignés pour faire la police", leur a-t-elle fait savoir.
Avocat de la partie civile, Me Ndiogou Ndiaye a révélé au tribunal que son client, l'imam Abdoulaye Guèye, s'est beaucoup investi dans cette mosquée pendant des années. "Il s'est beaucoup investi là-bas. Et il se promène toujours avec le projet de construire d’une école coranique dans cette mosquée. Le problème, ce n'est pas cette mosquée, mais ils pensent que mon client profite de la mosquée alors qu'il est entrepreneur depuis plus de 20 ans", a expliqué la robe noire qui a demandé une réparation de 1 million F Cfa pour son client.
Après le procureur qui a requis l'application de la loi pénale contre les inculpés, leurs avocats ont plaidé leur relaxe. Ces robes noires qui n'ont pas manqué de déplorer le comportement de leurs clients ont eu aussi à tirer sur l'imam. "C'est des faits qui ne nous honorent pas. Il est arrivé ce jour-là une situation qui a mis tout le monde mal à l'aise. C'est l'imamat qui pose problème. Et pour ça, il faut être exempt de reproches, propre, être quelqu'un qui est désintéressé, qui n'est pas intéressé par des choses mondaines et futiles. Les gens du quartier se sont opposés à ce qu'il dirige la prière parce qu'il faisait des fautes", affirme Me Mamadou Sow. Et au terme de sa plaidoirie, il a demandé une application bienveillante de la loi pour ces prévenus qui, reconnaît-il, ont troublé ce lieu de culte. Son confrère Me El Hadji Malick Basse pense que l'imam a triché pour que ces jeunes soient emprisonnés. Parce que, argue-t-il, au début de cette affaire, il n'avait fait état ni de coups et blessures, ni déposé de certificat médical. Il a, dit-il, attendu une semaine pour déposer en catimini auprès du commissaire ce certificat médical qui fait état d'une Itt de 21 jours pour que ces jeunes soient arrêtés puis placés sous mandat de dépôt. "On veut emmener ces jeunes en prison en trichant et on se dit imam. Les prévenus avaient déposé des plaintes qui ont été bloquées. Il ne fallait pas tricher. On a été malhonnête et déloyal dans ce dossier. Ces prévenus n'ont jamais été interrogés sur les coups et blessures. Le dimanche 29 novembre, il dit avoir été victime de coups et blessures et à 17h de la même journée, il a célébré un mariage. Vous savez que cette personne est malhonnête. Il faut écarter les certificats médicaux parce que vous avez un faux intellectuel", a plaidé Me Basse qui souhaite que ses clients soient renvoyés des fins de la poursuite.
 
 
Au terme des débats, Mame El Malick Ba et Ahmed Tidiane Ndiaye ont été reconnus coupables et condamnés à 3 mois de prison assortis du sursis pour les autres délits et relaxés pour les coups et blessures volontaires. En sus, ils sont solidairement condamnés à payer des dommages et intérêts de 500.000 F Cfa à l'imam pour le préjudice qu'il a subi. Mais, avant qu'ils ne quittent la salle, le juge a tenu à faire des précisions à l'endroit de l'imam. "Jiité du force. La mosquée n'est pas la propriété de l'imam ratib, ni d'une famille. S'il n'y a aucun intérêt personnel et que le quartier n'est pas d'accord pour que tu sois l'imam, il faut quitter la mosquée. C'est déplorable de se bagarrer dans une mosquée".
 
Fatou D. DIONE
 
 
 
 
 
 
LES ECHOS


ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs | Santé | Contribution


Triple bonheur

Derrick

« Le bon la brute et les truands »

Parti-Etat ?

Coaching

Etuve

Leader mental

Tollé

Forces contraires

Vivier



LIVE RADIO




SANTE

TABAGISME : LES FUMEURS QUI ARRÊTENT LA CIGARETTE AVANT 40 ANS PEUVENT ESPÉRER VIVRE AUSSI LONGTEMPS QUE LES NON-FUMEURS

LUTTE CONTRE LE CANCER DU COL DE L’UTÉRUS À ZIGUINCHOR : 8 thermoablations et 802 coloscopies pratiquées avec 6 cas de suspension de cancers…

RÉUSSITE DEUX TRANSPLANTATIONS RÉNALES : UNE PREMIÈRE AU SÉNÉGAL : Macky Sall, satisfait, félicite le professeur et annonce le projet de transplantation oculaire

Envie de suicide avec les crises d'hémorroïdes : symptômes, causes, traitements et prévention

RAPPORT « THE PATH THAT ENDS AIDS»: Onusida montre la possibilité de mettre fin au sida d’ici 2030