jotaay
jotaay

jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal

INTERDIT DE SORTIE DE CHEZ LUI POUR PARTICIPER À LA MOBILISATION DE YEWWI ASKAN WI :Ousmane Sonko accuse le président de la République et le général de la gendarmerie d’assassins et de vouloir créer les prémices de la rébellion en Casamance



 
 
 
Après sa mise en «résidence surveillée» par les forces de l’ordre et de sécurité, le leader de Pastef, Ousmane Sonko, s’est exprimé sur sa page Facebook pour revenir en live sur les évènements d’hier. Dans sa longue communication, la tête de liste de la coalition Yewwi Askan Wi s’est adressé à la population. Il a d’abord accusé le président de la République d’assassin et le général de la gendarmerie Moussa Fall de créer les prémices de la rébellion en Casamance.
 
 
 
Ousmane Sonko ne cache point son amertume, relativement à ce qui a été fait pour l’empêcher de participer à la manifestation de l’opposition d’hier. Yaw, d’après ses explications, a déposé une information qui est loin d’une demande d’autorisation. Mais Macky Sall et ses affidés ont interdit cette manifestation.
«Il est évident que la manifestation a eu lieu et est devenue plus visible à cause de cette interdiction. Mais aujourd’hui, tout le Sénégal a été bloqué durant toute la journée. Si la manifestation était autorisée, les gens tiendraient leurs discours dans la discipline et rentreraient dans la discipline. Je voudrais m’adresser à Macky Sall pour lui dire qu’il est un président assassin. Après avoir assassiné d'honnêtes citoyens au mois de mars de 2021, le voilà qui ajoute trois autres victimes à son répertoire en juin 2022. Tous ces crimes ne resteront pas impunis. Il avait annoncé une commission d’enquête qui ne donne toujours pas ces résultats. Nous voulons dire à Macky Sall et à son général de la gendarmerie Moussa Fall qu'ils sont des assassins».
 
 
 
Bilan de la manifestation et enseignements tirés
 
 
 
 
 
Allant plus loin, Sonko de dire que ce qui s’est passé dans le Sud du pays relève d’une volonté manifeste de tuer sans raison. «Il n’y avait même pas de manifestations à Bignona. Le gendarme prend le temps de viser, d’ajuster et tirer le feu sur un jeune innocent pour l’abattre. Cela relève d’un crime. C’est parce qu’il a reçu l’ordre de le faire. Les informations qui nous sont parvenues de la gendarmerie font état que le général Moussa Fall aurait donné comme instruction à ses gendarmes d’user de tous les moyens et que lui les couvrirait et qu’il assumerait. Et voilà le résultat de cet ordre. La même chose s’est passée à Ziguinchor ou de balles réelles ont été tirées sur des manifestants désarmés, atteignant l’un au cou qui vient de succomber, l’autre au dos et le troisième à la jambe. La question qu’on pose, c’est pourquoi quand il y a des manifestations au Sénégal, c’est dans le Sud du pays que Macky Sall et sa gendarmerie sont autorisés à tirer à balles réelles sur les manifestants. Elles ont été plus virulentes à Dakar, il n’a pas été fait usage de tirs à balles réelles. Mais quand il s’agit de la Casamance, on croit tout se permettre parce que les Casamançais aux yeux de Macky Sall ne sont pas des êtres humains. Macky Sall vit une relation de mésestime et de haine vis-à-vis des Casamançais». Et Sonko d’embrayer : «aujourd’hui, des sportifs casamançais sont adulés. Il aurait suffi qu’un seul d'entre eux décide de s’engager en politique et d'être opposant pour être traité tout de suite de rebelle. Cela reflète la considération que le Président Macky Sall à de la Casamance. J’en fais les frais. Jamais au Sénégal un homme politique a été haï, aussi détesté, aussi diabolisé sur son culte, sur sa famille, sur son appartenance régionale, ethnique. Macky Sall tente de monter tous les Casamançais pour qu’il y ait un mouvement de contestation ou de protestation pour assimiler tout cela à de la rébellion et reprendre une histoire qui est largement derrière nous. Les Sénégalais ne l’accepteront pas. Le Sénégal est un et indivisible. Le Sénégal est une nation enviée dans le monde avec des cousinages à plaisanterie, avec un brassage ethnique et religieux. Macky Sall, votre gouvernance basée sur la haine et la division ne marchera pas. Depuis que vous êtes président, on entend parler d’ethnie. Les Sénégalais ne vous laisseront pas brûler ce pays ni créer les démons qui ont brûlé le Rwanda… vous seriez le seul à brûler avec votre obsession de rester au pouvoir pour un mandat illimité.  Ce qui a démarré aujourd’hui, c’est l’acte 1 de la fin de votre mandat. Nous vous assurons que vous ne serez pas le président de la République à partir de février 2024. Et les tentatives d'intimidation ne marcheront pas». 
 
 
 
Enseignements de la manifestation du jour
 
 
 
L’une des principales leçons, c’est que le président voulait jauger les populations qui l’ont jugé aussi. Il s’est équiper en France, en Israël, au Brésil, en Turquie, il a acheté suffisamment d’armes de répression et recruté des agents de répression. Vous avez compris, malgré votre arme, vous pouvez retenir un peuple qui veut en finir avec la dictature de Macky Sall. On n’a pas vu l’ombre de cafard marron beige dans les rues de Dakar ; Macky Sall n’est pas un homme courageux. Il est toujours embusqué derrière un commandement lâche qui est prêt à assassiner son propre peuple pour satisfaire un président de la République complètement vomi par son peuple. A ces messieurs, nous leur dirons qu’ils auront des comptes à rendre à la population. Macky Sall ne fera pas un troisième mandat. Il ne s’agit pas d'une question de liste, c’est la démocratie qui est en jeu. La réappropriation de nos ressources naturelles. Il se bat pour des intérêts personnels et étrangers alors que nous nous battons pour des convictions pour le Sénégal qui nous concerne tous.
 
 
 
Aux puissances étrangères
 
Nous vous demandons de rester en dehors de nos affaires intérieures pour votre bien, les puissances étrangères et pour le nôtre aussi. Vous avez en face de vous un  peuple décomplexé, des dirigeants décomplexés, une jeunesse décomplexée qui ont les mêmes soifs de liberté, de progrès, de développement que votre propre peuple et ne pourront jamais accepter une domination de qui que ce soit.
Ultimatum à Macky Sall, il y a beaucoup d'arrestations. Il ne peut pas tolérer une opposition dans son pays, de libérer tous les otages qu’il a entre ses mains. Déthié Fall, Ameth Aïdara, et beaucoup de militants acheminés dans des lieux inconnus, Mame Diarra Fam à la Section de recherches. Des éléments de ma garde rapprochée ont été arrêtés et conduits à des destinations inconnues. Nous donnons un ultimatum à Macky Sall de libérer les otages politiques, sinon nous viendrons les chercher.
 
 
 
L’appel à la population et à la jeunesse
 
L’appel à la population et particulièrement à la jeunesse. Nous nous battons par conviction parce que nous sommes convaincus qu’il y a une génération qui doit se battre et se sacrifier pour les générations à venir, pour un meilleur Sénégal et une meilleure Afrique. Ce combat c’est pour vous. Restez mobilisés et à être prêts à répondre présent à tout moment. Le jour où il sera question de sa troisième candidature, qui n’a d’autre dessein que de s’approprier de ressources naturelles pour les livrer à des puissances occultes, il saura que la population fera face. Que son entreprise d’intimidation ne servira à rien parce qu’il ne s’agira que de quelques minutes et qu'il quittera le pouvoir d’une manière ou d’une autre.
L’appel à la presse, l’espace médiatique est devenu un espace d’insultes, d’invectives, d’attaques sur la vie privée, sur la religion, sur l’ethnie, sur la région et malheureusement relayées quotidiennement et grassement par la presse. Ne soyez pas des radios mille collines qui a détruit le Rwanda. Nous appelons à plus de responsabilité. Je dénonce et déplore les attaques des médias et des reporters. Nous n’avons jamais donné un ordre à qui que ce soit pour attaquer la presse ou un reporter qui fait son travail. Mais quand on est un support qui distille la haine du matin au soir, les insultes contre d’honnêtes citoyens des pères de famille, des leaders d’opinion, ne soyez pas surpris que cette haine se retourne à un moment ou à un autre contre vous. C’est un débat d’idées qu’on attend de l’arène politique sur le budget, sur nos ressources naturelles… Non à une presse colportrice. Ce Sénégal nous appartient, travaillons pour en faire un pays d’amour et non un pays de haine. Ne suivez pas Macky Sall dans son entreprise nuisible contre ses opposants.
 
Baye Modou SARR
 
 
 
 
 
 
LES ECHOS


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs


Chauvinisme

Pilepoil

Crier haro

Histoire

Intifada

Réitération

Exemple

Déséquilibre

Surenchère

Décharge


LIVE RADIO

29/03/2021



SANTE

DR MARIE KHEMESSE NGOM NDIAYE, NOUVELLE MINISTRE DE LA SANTÉ A SA SORTIE D’AUDIENCE AVEC LE PRESIDENT SALL :«Il va falloir renforcer mais surtout améliorer la qualité de tout ce qui se faisait»

Le SAMES décrète une journée « sans blouse » ce jeudi

SALON INTERNATIONAL DU MEDICAMENT:L’Ordre des pharmaciens déplore les médicaments de la rue et met l’Etat devant ses responsabilités

Covid : 1 décès, 11 cas

Covid : 0 décès, 10 cas positifs

Covid : 14 cas

Covid-19 : 18 cas

Les travailleurs de l’hôpital de Mbour en grève

Covid : 0 décès, 26 nouveaux cas

Covid : aucun décès de noté, les cas légèrement en baisse