jotaay
jotaay

jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal

Blocs "Rufisque offshore profond" et "Sénégal offshore Sud profond": l'arbitrage entre PetroNor et le Sénégal échoue encore



Blocs "Rufisque offshore profond" et "Sénégal offshore Sud profond": l'arbitrage entre PetroNor et le Sénégal échoue encore

 
 
 
La tentative de la société indépendante d'exploration et de production (E&P) PetroNor d'éviter l'arbitrage sur un différend de licence avec le Sénégal a échoué. La société cotée sur OSE a déclaré qu'elle n'était pas en mesure de trouver une solution satisfaisante avec Dakar. En conséquence, il retournera à l'arbitrage formel. Dans un communiqué rendu public pendant le week-end, le président de la société PetroNor, Eyas Alhomouz, accuse le Sénégal d’être à l’origine de cet échec, indexant notamment «des changements ministériels tout au long des négociations».
 
 
 
La société PetroNor et le gouvernement sénégalais ont décidé, en mai 2020, de suspendre l’arbitrage relatif aux zones de licence Rufisque Offshore Profond (ROP) et Sénégal Offshore Sud Profond (SOSP), devant le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi). Les deux parties avaient convenu de suspendre la procédure arbitrale pour une période de six mois en vue de parvenir à un résultat satisfaisant pour toutes les parties.
À l’époque, PetroNor, maison mère d’African Petroleum Senegal Ltd, avait accusé le Sénégal d’avoir mis aux enchères la zone d’exploration alors qu’un arbitrage était toujours en cours. Le gouvernement sénégalais avait initialement écarté toutes les parties concernées par le contrôle du bloc en justifiant cela par la volonté d’attirer seulement des entreprises d’un certain standing dans l’exploration.
Presque un an après le consensus entre les deux parties, la société PetroNor a fait part de son échec d'éviter l'arbitrage sur un différend de licence avec le Sénégal. La société indépendante d'exploration et de production l’a fait savoir à travers un communiqué publié le 4 avril dernier et dont «Les Échos» détient copie. «Nous avions espéré un résultat différent compte tenu de nos efforts proactifs et flexibles et de l'avancement des discussions ces derniers mois qui auraient permis de conclure un accord préservant la valeur pour le peuple sénégalais», a déclaré le président de la société Eyas Alhomouz.
 
 
changements ministériels tout au long des négociations…
 
 
Poursuivant, Eyas Alhomouz regrette : «cependant, nous n'avons pas été en mesure de trouver un terrain d'entente». «Les négociations ont sans aucun doute été entravées par un certain nombre de facteurs, notamment l'incapacité de se rendre à Dakar en raison de la pandémie et des changements ministériels tout au long des négociations. La force de notre position n'a pas changé, et nous allons maintenant progresser dans ce sens à travers les canaux indépendants, alors que nous cherchons à conserver la valeur de cet investissement au profit de nos actionnaires», a déclaré le Chief Executive Officer (Ceo) de PetroNor.
Toujours dans son communiqué, PetroNor informe avoir eu un «dialogue approfondi» avec la présidence et le ministère, a déclaré Alhomouz. Cependant, note encore le document, la partie sénégalaise «n’a pas été en mesure de faire avancer le dialogue» et l’arbitrage reprendra.
Cependant, le président de la société indépendante d'exploration et de production a noté que si le gouvernement du Sénégal pouvait suggérer une résolution mutuellement avantageuse, PetroNor serait ouvert à un accord.
La société a déclaré que l'échec des négociations était une déception. Cependant, le Conseil d'administration et l'équipe juridique de la société sont «entièrement confiants» dans sa position, indique le communiqué.
Pour rappel, c’est en 2019 que le Sénégal a attribué la zone Rufisque Offshore Profond à Total, la société française forant un puits d'exploration. Alors que le deuxième bloc, Sénégal Offshore Sud Profond, a été offert aux soumissionnaires dans le cadre du cycle de licences 2020 du Sénégal. Le ministère (du Pétrole et des Énergies) avait espéré conclure cela l'année dernière, mais n'y est pas parvenu.
PetroNor a hérité de la demande d'arbitrage du Sénégal suite à son acquisition d'African Petroleum. La suspension initiale était de six mois. Les deux parties ont convenu de prolonger les discussions dans le but de parvenir à un accord.
Selon des sources industrielles, un accord pourrait être conclu permettant à l’entreprise de conserver le titre de la licence Sénégal Offshore Sud Profond au large de la Casamance, en échange de la cession de la licence Rufisque Offshore Profond, qui a été entre-temps réattribuée au groupe français Total. PetroNor est une entreprise détenue à parts égales par la société norvégienne NOR Energy et Petromal, une filiale d’investissement pétrolier de la holding nationale d’Abu Dhabi.
 
 
 
 
 
Sidy Djimby NDAO
 
 
LES ECHOS


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs


LIVE RADIO

29/03/2021


ALIOU SALL: «On semble valider toutes les caractéristiques d’une République à la périphérie de la République sans que cela n’émeuve nullement»

Boomerang: Intolérance

Boomerang: Aiguillon

Boomerang: Manœuvre

Boomerang: Embellie

Boomerang: Corde raide

Boomerang: Plan serré

Boomerang: Antécédent constant

Boomerang: Economie d’égos

Boomerang: Ritournelle



SANTE

En direct:Nombre de personnes décédées à cause du coronavirus COVID-19 dans le monde selon le pays

Découvrez le Neem, l'arbre aux 1001 vertus

Coronavirus : un urgentiste préconise une ligne téléphonique spéciale

APPARITION D’UN NOUVEAU VIRUS RESPONSABLE D’INFECTIONS PULMONAIRES CHEZ L’HOMME

QU’EST-CE QUE L’OPHTALMOLOGIE?

Bientôt, la transplantation rénale au Sénégal

Sénégal : "Bargny, l'émergence à tout prix ,"

Centre national de transfusion sanguine : Pourquoi la banque de sang est vide

pharmacie de garde la plus proche

Les plantes médicinales, une niche méconnue : Un patrimoine à protéger pour les générations futures