jotaay

AVENIR POUR L’AFP APRES LE DEPART DE MOUSTAPHA NIASSE Ibrahima Bakhoum et Ibou Sané sceptiques



AVENIR POUR L’AFP APRES LE DEPART DE MOUSTAPHA NIASSE Ibrahima Bakhoum et Ibou Sané sceptiques
 
C’est officiel maintenant, le secrétaire général de l'Afp a décidé après 22 ans à la tête de son parti de céder la place à un jeune cadre du parti. Mais les questions qui se posent c’est qui pour piloter après Niasse et quel avenir pour le parti ? Ibrahima Bakhoum et Ibou Sané, tous deux analystes politiques, ont donné leur avis et appréhensions pour la survie de l'Afp.
 
Il a traversé tous les régimes de Senghor à Macky Sall. Actuel président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse a annoncé son départ de la tête de son parti en 2022. Cette décision de céder la place à un jeune cadre de son parti est selon Ibrahima Bakhoum mûrement réfléchie. «Ily a beaucoup de paramètres à gérer pour des renouvellements des instances d’un parti et Moustapha a assez vécu en politique pour les maîtriser. S’il décide de partir maintenant,c’est parce qu’il a déjà réfléchi à tous les éléments», renseigne le professeur Bakhoum.
 
Ibrahima Bakhoum :«la politique, c’est un nom et un visage et actuellement, aucun des lieutenants de Niasse ne semble réunir ces critères…»
 
 Selon lui,le départ durant le premier trimestre ou même le second impliquetrois perspectives à prendre en compte : soit il est confiant en une victoire de la coalition Benno Bokk Yakaar lors des prochaines locales et compte sortir par la grande porte en laissant les garanties nécessaires pour son parti dans ladite coalition ; soit il prend le temps de préparer un candidat à sa succession ou il veut encore jouer sa partition dans la coalition le temps d’accompagner Benno aux élections locales. L’un comme l’autre, dit Bakhoum, c’est légitime.Concernant le profil du futur secrétaire général de l'Afp, Ibrahima Bakhoum soutient qu’à moins qu’ils aient d’autres cadres qui se préparent dans l’ombre, ceux qui sont en lice, c’est-à-dire Mbaye Dionne, Alioune Sarr, Dr Malick Diop et Zator Mbaye ne vont pas au-delà des médias et la politique, dit-il, va au-delà.«Mbaye Dionne fait certes un excellent travail à Ngoundiane, mais le Sénégal ne se limite même pas à  la région de Thiès. La politique est un nom et un visage et actuellement, aucun des lieutenantsde Niasse ne semble réunir ces critères», fait savoir le professeur Bakhoum qui dit craindre ainsi que l'Afp soit très affaiblie après le départ de Niasse.
 
Ibou Sané :«l’erreur de Niasse, c’est d’avoir fait à l’époque de Malick Gakou son seul remplaçant potentiel. S’il essaie d’imposer quelqu’un pour le remplacer,ce sera une mort subite pour l'Afp»
 
Pour le professeur Ibou Sané, ce départest un secret de polichinelle puisque Moustapha Niasse voulait quitter la scène politique depuis longtemps, mais il a été retenu par le président de la République qui a besoin de son expérience et son expertise pour gérer convenablement ce pays. «Je n’ai jamais compris le pourquoi d’une telle insistance des jeunes politiques à réclamer le départ de Niasse et Cie. Faire profiter de la jeunesse leur expérience est un sacerdoce que la plupart comme Niasse portent depuis longtemps», souligne Sané qui affiche unréelscepticisme à la survie de l’Afp malgré les nombreux profils qui peuvent s’aligner. «Il est vrai qu’il y a Alioune Sarr, Malick Diop, Mbaye Dionne et Zator Mbaye, mais il y aaussi l’actuel directeur de cabinet  de Niasse et tant d’autres qui peuvent aller au congrès et demander la voix de leurscamarades de parti mais un travail minutieux devra d’abord se faire en coulisses», affirme le professeur Sané.
Pour lui, l’erreur que Niasse a commise,c’est d’avoir zappé tout ce beau monde au temps pour faire de Malick Gakou son principal lieutenant qui n’a pas su tirer avantage de cela. «S’il était toujours à l'Afp,un tel débat ne se poserait pas, mais il n’a pas su tirer avantage de sa position avec Niasse. Ce qui reste à faire pour Moustapha Niasse, c’est de s’assurer que le prochain secrétaire général soit le choix du parti et pas le sien. S’il essaie d’imposer quelqu’un,ce sera une mort subite pour l'Afp», conclut-il.
Ndèye Khady DIOUF
 
 
LES ECHOS


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs


Souk

Boomerang: Désobéissance civile

Boomerang: Pipeau

Sous la tente

Boomerang: Agendas

Boomerang: Bras de fer

Boomerang: Que faire ?

Suspens

Transformer

Bommerang: Prêche


LIVE RADIO

29/03/2021



SANTE

En direct:Nombre de personnes décédées à cause du coronavirus COVID-19 dans le monde selon le pays

Découvrez le Neem, l'arbre aux 1001 vertus

Coronavirus : un urgentiste préconise une ligne téléphonique spéciale

APPARITION D’UN NOUVEAU VIRUS RESPONSABLE D’INFECTIONS PULMONAIRES CHEZ L’HOMME

QU’EST-CE QUE L’OPHTALMOLOGIE?

Bientôt, la transplantation rénale au Sénégal

Sénégal : "Bargny, l'émergence à tout prix ,"

Centre national de transfusion sanguine : Pourquoi la banque de sang est vide

pharmacie de garde la plus proche

Les plantes médicinales, une niche méconnue : Un patrimoine à protéger pour les générations futures