jotaay
jotaay

jotaay
Le meilleur de l'info au sénégal

Macky Sall avertit et menace: «Nul n’a le pouvoir, ni le droit de mettre en péril nos institutions»



 
Les théoriciens du sectarisme sont avertis ! Dans son message à la Nation, le Président Macky Sall, abordant la cohésion sociale, a rappelé que dans «ce Sénégal que nous aimons tous, il ne saurait y avoir de place pour le particularisme, quel qu’il soit». Poursuivant, il a invité à la revitalisation des valeurs citoyennes, de civisme et de coexistence pacifique qui constituent, dit-il, notre soupape de sécurité individuelle et collective. «Nul n’a le pouvoir, ni le droit de les mettre en péril», avertit-il.
 
Le président de la République a sacrifié à la tradition avec son message à la Nation, en cette veille de 4 avril qui marque le 61e anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale. Une occasion pour le chef de l’Etat de rappeler que la maladie est toujours présente, en dépit des efforts consentis. «Ne nous relâchons pas. Continuons à porter nos masques et à respecter toutes les recommandations sanitaires contre la propagation du virus», a indiqué Macky Sall qui rappelle que le gouvernement reste engagé dans l’acquisition de vaccins, pour «maintenir le rythme de la campagne».   
 
 
 
«Les ressorts de la nation sénégalaise sont solides…»
 
 
Le président de la République a en outre abordé la cohésion sociale pour ramer à contre-courant d’un discours ethniciste noté ces jours. «La fête nationale nous rassemble plus que toute autre. Par-delà nos diversités, elle incarne et exalte le vivre ensemble hérité de nos anciens, et que nous devons transmettre à nos enfants et aux générations futures», indique le chef de l’Etat qui rappelle que le Sénégal est «une Nation unie et indivisible, et le restera. Un pays, dit-il, de pluralisme intégrateur ; de paix et de convivialité entre toutes ses composantes ; un pays de Téranga, qui accueille et protège tous ses hôtes sans exclusive». Non sans inviter à préserver cet art de vivre bien sénégalais. «Dans ce Sénégal que nous aimons, il ne saurait y avoir de place pour le particularisme, quel qu’il soit. Les ressorts de la nation sénégalaise sont solides. Ils inspirent confiance et continuent de jouer leur rôle régulateur. Gardons à l’esprit ce qui pourrait les affaiblir. Evitons tout propos et tout comportement qui pourraient les fragiliser», martèle le Président Sall qui invite à un examen de conscience collective pour renforcer le commun vouloir de vie commune.
 
«Plus que jamais, je reste à l’écoute des pulsions profondes du pays»
 
 
A cet effet, il a invité à une revitalisation urgente des valeurs de citoyenneté, de civisme et de coexistence pacifique, mais aussi au respect des Institutions et des principes qui gouvernent notre démocratie. «Ces valeurs nous engagent et nous protègent solidairement. Elles constituent notre soupape de sécurité individuelle et collective, le socle sur lequel repose la nation sénégalaise. Nul n’a le pouvoir, ni le droit de les mettre en péril», sermonne le Président Sall qui reste, dit-il, ouvert au «dialogue et à la concertation pour faire avancer nos causes communes». Parallèlement, le chef de l’Etat compte poursuivre la mise en œuvre de sa vision d’un Sénégal pour tous, par le développement inclusif et solidaire, l’équité territoriale et la justice sociale. «Plus que jamais, je reste à l’écoute des pulsions profondes du pays ; à l’écoute du Sénégal des villes, des banlieues et des campagnes. Je continuerai de répondre aux besoins d’accès aux infrastructures, à l’eau, à l’électricité, à l’éducation, aux soins de santé, au logement, à l’emploi et aux activités génératrices de revenus», explique le Président Sall qui révèle que la phase II du Pudc va générer 11.200 emplois directs et plus de 30.000 emplois indirects avec 63 entreprises mobilisées pour le développement de l’économie rurale.
 
 
 
«Les menaces sont devenues plus diffuses, plus complexes, plus difficiles à prévenir et à combattre. Le monde est devenu plus dangereux…»
 
 
Revenant sur le thème de la Fête nationale qui porte sur «Forces de défense et de sécurité et protection des frontières», Macky Sall fait remarquer que les menaces sont constamment changeantes en dépit des frontières naturelles. «Elles sont devenues plus diffuses, plus complexes, plus difficiles à prévenir et à combattre. C’est le monde qui est devenu plus dangereux face aux périls de toutes sortes : le terrorisme, la cybercriminalité, les crimes transfrontaliers, les défis environnementaux et sanitaires», souligne le chef de l’Etat. Ce qui nécessite, dit-il, d’ajuster en permanence nos outils de veille, de prévention et de prise en charge des menaces. Dans cette logique, il annonce la modernisation des moyens des Forces de défense et de sécurité, ainsi que la réadaptation du dispositif d’implantation des formations, par le déploiement de nouvelles unités terrestres dans le cadre du Tableau des effectifs et de dotations-horizon 2025. «Je tiens à l’amélioration constante des conditions de vie et de travail des personnels, parce qu’une Armée se forge d’abord dans l’épanouissement des hommes et des femmes qui la composent», ajoute le Président Sall qui précise, dans la foulée, que les Forces de défense et de sécurité vont continuer de veiller sur nos frontières, en restant fidèles à nos traditions de bon voisinage.
 
Moussa CISS
 
 
 
EMPLOI DES JEUNES
Macky Sall et son pacte du 3 avril comme point de départ
 
 
En dépit des efforts consentis à la création d’emplois pour les jeunes, le chef de l’Etat a reconnu qu’il reste beaucoup à faire. C’est pourquoi il a pris comme la Fête de l’indépendance comme repère afin d’apporter de nouvelles réponses aux besoins en éducation, formation et emplois des jeunes, entre autres préoccupations.
 
Le chef de l’Etat ne veut plus vivre la colère de la rue. C’est pourquoi il multiplie les initiatives à l’endroit de cette frange de la population, désormais au centre de toutes ses préoccupations. «L’emploi des jeunes préoccupe plus que jamais», admet le chef de l’Etat lors de son discours à la Nation. En effet, après avoir dédié la fête aux jeunes, il a pris cette fête comme repère, un point de départ de nouvelles réponses, dit-il, aux besoins en éducation, formation, emplois, financement de projets et soutien à l’entreprenariat des jeunes. Même s’il est d’avis que l’Etat a consacré beaucoup d’efforts et de ressources à la création d’emplois pour les jeunes à travers la réalisation d’infrastructures ces dernières années, il reconnait également que c’est insuffisant. «La lutte contre le chômage des jeunes nécessite aujourd’hui un nouvel élan, en raison de la crise économique sans précédent qui affecte tous les pays, développés et en développement», dit-il. Ce qui est à l’origine d’une réorientation des allocations budgétaires à hauteur de 450 milliards de F Cfa au moins, sur trois ans, dont 150 milliards pour cette année. «Ces ressources serviront à financer, dit-il, le Programme d’urgence pour l’emploi et l’insertion socioéconomique des jeunes qui sera issu du Conseil présidentiel que je présiderai le jeudi 22 avril».
 
80 milliards dégagés en mai pour le recrutement de 65.000 jeunes
 
«Dans l’immédiat, en soutien à l’emploi et aux ménages, j’ai décidé d’allouer, dès le mois de mai, 80 milliards de F Cfa au recrutement de 65.000 jeunes, sur l’ensemble du territoire national, dans les activités d’éducation, de reforestation, de reboisement, d’hygiène publique, de sécurité, d’entretien routier et de pavage des villes, entre autres», a fait remarquer le chef de l’Etat, qui révèle qu’un quota spécial sera réservé au recrutement de 5000 enseignants pour le préscolaire, le primaire, le moyen et le secondaire, y compris les daaras modernes et l’enseignement arabe. Non sans inviter le secteur privé à se joindre à cette dynamique nationale. Avant de révéler que le gouvernement proposera l’extension de la Convention Etat-employeurs à la filière de l’agriculture et de l’agrobusiness, pour un objectif de 15.000 emplois à créer, afin de soutenir, dit-il, les efforts d’autosuffisance alimentaire et de transformation des produits locaux du gouvernement. «A cette fin, l’allocation de l’Etat à la Convention passera d’un milliard à 15 milliards de F Cfa», révèle le Président Sall.
 
M. CISS
 
 
 
INAUGURATION DU DATA CENTER DE DIAMNIADIO EN MAI
L’éclosion de 4600 entreprises dans l’économie numérique, 15.700 emplois dont 720 directs attendus
 
Par ailleurs, toujours dans son discours du 3 avril, le Président Sall a aussi annoncé l’inauguration, en mai prochain, du Data Center de Diamniadio qui constitue, se réjouit-il, une grande révolution pour la souveraineté digitale de notre pays, qui disposera pour la première fois de sa propre structure de stockage de données numériques. «Entre autres fonctionnalités, le Data Center permettra de généraliser le très haut débit sur l’étendue du territoire national ; satisfaire, à des coûts abordables, les demandes de l’administration et du secteur privé en hébergement et exploitation de plateformes et données informatiques ; et faciliter la dématérialisation des procédures, pour la délivrance rapide et transparente de services et documents administratifs, y compris des actes d’état civil», a indiqué le Président Sall, avant d’ajouter : «le Centre favorisera l’éclosion dans l’économie numérique de plus de 4600 entreprises et la génération de plus de 15.700 emplois, dont 720 directs. Cet écosystème sera renforcé par le Parc des Technologies numériques de Diamniadio dont les travaux s’achèvent cette année», martèle le chef de l’Etat. Il a également révélé que la Zone économique spéciale intégrée de Diass accueillera, en octobre, une plateforme logistique et de transport comprenant, dit-il un Centre de services logistiques et de transport de marchandises ; une Académie de formation aux métiers du transport ; et un port sec, pour desservir l’Aéroport international Blaise Diagne, les Zones industrielles environnantes et les ports maritimes de Bargny et Sendou.
 
M. CISS
 
 
 
 
LES ECHOS


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs


LIVE RADIO

29/03/2021


ALIOU SALL: «On semble valider toutes les caractéristiques d’une République à la périphérie de la République sans que cela n’émeuve nullement»

Boomerang: Intolérance

Boomerang: Aiguillon

Boomerang: Manœuvre

Boomerang: Embellie

Boomerang: Corde raide

Boomerang: Plan serré

Boomerang: Antécédent constant

Boomerang: Economie d’égos

Boomerang: Ritournelle



SANTE

En direct:Nombre de personnes décédées à cause du coronavirus COVID-19 dans le monde selon le pays

Découvrez le Neem, l'arbre aux 1001 vertus

Coronavirus : un urgentiste préconise une ligne téléphonique spéciale

APPARITION D’UN NOUVEAU VIRUS RESPONSABLE D’INFECTIONS PULMONAIRES CHEZ L’HOMME

QU’EST-CE QUE L’OPHTALMOLOGIE?

Bientôt, la transplantation rénale au Sénégal

Sénégal : "Bargny, l'émergence à tout prix ,"

Centre national de transfusion sanguine : Pourquoi la banque de sang est vide

pharmacie de garde la plus proche

Les plantes médicinales, une niche méconnue : Un patrimoine à protéger pour les générations futures