jotaay
jotaay

https://www.facebook.com/flyairsenegal
Le meilleur de l'info au sénégal
100 JOURS AU POUVOIR DU NOUVEAU RÉGIME : L’Apr parle de 100 jours de confinement de Diomaye par Sonko et flaire la chasse aux sorcières NOMINATIONS AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ  : Le Sames en colère demande des réparations immédiates ANNULATION DU DÉBAT D’ORIENTATION BUDGÉTAIRE : Politiques, experts parlementaires… analysent le bras de fer entre l’Assemblée nationale et le Premier ministre Abdou Mbow au PM : « Le Sénégal n’est pas une rue publique mais une République » Stratégie de financement ciblé du ministère de la Microfinance et de l’Economie sociale et solidaire :  Le ministre Alioune Dione gâte 54 organisations de Bambey et avertit qu’il faudra rembourser jusqu’au dernier centime RENOUVEAU DU PARTENARIAT ENTRE DAKAR ET PARIS : Diomaye et Macron pour un partenariat équilibré au service des intérêts réciproques des deux peuples et fondé sur un respect mutuel RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LA SITUATION ECONOMIQUE DU SENEGAL : La dette publique a atteint 80,8% du PIB en 2023, l’accélération des réformes de l’administration fiscale préconisée pour stimuler la mobilisation des recettes intérieures EXCÉDÉS PAR LES AGISSEMENTS D’OUSMANE SONKO : Des compatriotes écrivent au Conseil constitutionnel et leur demandent de constater la démission du Président Bassirou Diomaye Faye CAMP GRATUIT DE LA CHIRURGIE A SICAP MBAO : La cataracte serait la première cause de cécité dans le pays BASSIROU DIOMAYE FAYE À BAMAKO DEVANT ASSIMI GOÏTA : «La position malienne, quoique rigide, n'est pas totalement inflexible… la Cedeao est très malmenée, mais nous ne devons pas nous résigner»

ACCIDENTS DE CIRCULATION ET CAS DES DEUX ROUES : Un centre de formation sollicité pour les jeunes et l’octroi du permis de conduire




 
 
 
Les deux roues sont devenues incontournables dans le transport urbain de Dakar. Un phénomène discuté hier à l’occasion d’un Crd sur la campagne nationale de lutte contre la recrudescence des accidents de la circulation. Il est ressorti des propositions la création d’un centre de formation sur la conduite de deux roues et la formation des conducteurs de motos-taxis.
 
 
 
Devenus les adversaires des automobilistes, surtout les taximen, les transporteurs par deux roues sont traités comme des malpropres dans la circulation. Très sollicités par les Dakarois, les deux roues sont devenus les stars de la circulation. Sauf qu’il ne peut pas avoir de jour sans enregistrer d’accident causés par un conducteur de mototaxi avec des victimes. Participant au Comité régional de développement sur la campagne nationale de lutte contre la recrudescence des accidents de la circulation, le président du réseau sénégalais des usagers de deux roues reconnaît les tares que traînent les jeunes qui s’adonnent à cette activité. «C’est la population qui a besoin de nous et qui vient vers nous, parce que tout simplement nous sommes plus rapides et plus efficaces. Nous réclamons la régularisation du secteur, car il y a des jeunes qui s’adonnent au trafic de la drogue, à des agressions. Pour éradiquer la racaille, il nous faut régulariser le secteur», fait-il savoir. Mamadou Ndiaye d’ajouter : «nous sommes incontournables. Il nous faut, au-delà de la formation, que l’État nous accompagne avec des dotations en casques homologués. Les jeunes ont besoin d’accompagnement, car au décompte, il y a plus de 800.000 jeunes enregistrés».
En réponse, le Commandant du groupement motocycliste de la Gendarmerie nationale a souligné que le code de la route a prévu et bien pris en compte les deux roues dans les modes de transports. «Les motos font partie des transports. Le code de la route les reconnaît», précise-t-il.
Le chef d’escadron Diène Ndiaye de la gendarmerie nationale a donné l’exemple du Rwanda où il y a une organisation très claire du transport des deux roues. Convaincu  que ce secteur peut prospérer, il préconise la création d’un centre de formation pour deux roues. «Nous devons les encadrer. Au Rwanda, ils sont bien structurés et bien organisés. Les deux roues sont nombreux au Sénégal. En plus, passer le permis n’est pas facile au Sénégal. Le coût est très cher. Nous devons créer un centre de formation pour les deux-roues. Cela permettra de pouvoir sanctionner un conducteur qui n’a pas de permis», propose le Commandant du groupement motocycliste de la Gendarmerie nationale.
BMS
 
 
LES ECHOS


ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs | Santé | Contribution


Bon choix

Calculs

Impatience

Ville d’eau

Chronos

Débats

Oppositions

Le diable est dans le détail

Impulsion

Répulsion



LIVE RADIO




SANTE

TABAGISME : LES FUMEURS QUI ARRÊTENT LA CIGARETTE AVANT 40 ANS PEUVENT ESPÉRER VIVRE AUSSI LONGTEMPS QUE LES NON-FUMEURS

LUTTE CONTRE LE CANCER DU COL DE L’UTÉRUS À ZIGUINCHOR : 8 thermoablations et 802 coloscopies pratiquées avec 6 cas de suspension de cancers…

RÉUSSITE DEUX TRANSPLANTATIONS RÉNALES : UNE PREMIÈRE AU SÉNÉGAL : Macky Sall, satisfait, félicite le professeur et annonce le projet de transplantation oculaire

Envie de suicide avec les crises d'hémorroïdes : symptômes, causes, traitements et prévention

RAPPORT « THE PATH THAT ENDS AIDS»: Onusida montre la possibilité de mettre fin au sida d’ici 2030