jotaay

LISTE, ABSENCES, NOUVEAU CYCLE, SOLUTION OFFENSIVE, RAMADAN DANS LA TANIÈRE ET LE CAS MALICK THIAW :Aliou Cissé livre ses vérités



LISTE, ABSENCES, NOUVEAU CYCLE, SOLUTION OFFENSIVE, RAMADAN DANS LA TANIÈRE ET LE CAS MALICK THIAW :Aliou Cissé livre ses vérités

 
En conférence de presse ce vendredi, le sélectionneur du Sénégal, après avoir publié la liste des 24 Lions, s'est exprimé sur, entre autres sujets, les absences des cadres tels que Edouard Mendy et Kouyaté. Aliou Cissé a aussi abordé les questions liées aux nouveaux joueurs signe de nouveau cycle dans la tanière.
 
Sur la liste
« Depuis la Coupe du monde, il y a eu quand même pas mal de difficultés au niveau de nos joueurs. Beaucoup n’ont pas eu assez de temps de jeu depuis pratiquement tout le mois de janvier. À partir du mois de février et mars, il y a eu du mieux pour retrouver un peu plus de temps de jeu. En réalité, ce sont des difficultés qui étaient là avant la Coupe du monde et après le Mondial, ça a été le cas. Mais la satisfaction aussi c’est que depuis quelque temps, on voit nos joueurs retrouver du temps et des performances partout où ils sont. Et ça c’est intéressant pour ces deux matchs ».
 
Absence des cadres
 
« Edouard Mendy a repris les entraînements il y’a seulement une semaine et il vient de rejoindre le groupe. Donc ce qui est prudent, c’est de le laisser avec son club. Les qualités d’Edouard on les connaît, on sait tout ce qu’il représente pour l’équipe nationale. Il a connu une Coupe du monde difficile, une reprise avec une blessure ; petit à petit, il est en train de retrouver son niveau, donc il faut le laisser avec son club pour lui permettre de bien travailler pendant ces dix jours. Je l’ai eu au téléphone, on a parlé de la situation. Bouna, c’est vrai qu’il revient d’une longue période de blessure, j’ai préféré le laisser avec le Bayern pour qu’il puisse retrouver du temps de jeu. Cheikhou Kouyaté a repris la compétition il y a une semaine. C’est trop tôt de les convoquer. Un garçon comme Abdou Diallo qui passe des moments difficiles, qui ne s’entraîne pas, on prie pour ces garçons pour qu’ils retrouvent la compétition afin de nous rejoindre rapidement. Il y’a un réservoir énorme pour l’équipe nationale de sorte que s’il manque un joueur, on a la possibilité d’aller chercher un autre pour le remplacer. On a essayé de jouer un peu sur la compétition de nos joueurs pour retrouver cette équipe ».
 
Un nouveau cycle avec l’arrivée de nouveaux joueurs
 
« Pour la sélection, Dion Lopy et certains joueurs pouvaient jouer avec Demba Mbaye avec les U23 ; on était conscient qu’on avait un match important au mois de mars avec ces éliminatoires, et je parle sous le contrôle du Dtn. La dernière fois qu’on s’était qualifié au Jo, c’était en 2012 et j’y étais avec feu Karim Saga Diouf. Cette double confrontation (face au Mali) est très importante et on a essayé de travailler en toute collaboration avec Demba pour essayer de constituer la meilleure équipe pour les olympiques pour défendre les couleurs du Sénégal. Dion Lopy est un garçon que le peuple sénégalais réclamait, que vous les journalistes réclamiez. Aujourd’hui, il est là, mais je veux dire que derrière, il y a d’autres garçons aussi comme les deux Lamine Camara qui pouvaient être avec l’équipe, mais on a décidé de les laisser à la disposition de Demba. Pour moi, il y a un groupe assez compétitif avec l’équipe olympique. Lopy on le surveille depuis un ou deux ans, je voulais le voir avec nous, c’est quand même intéressant. Il ne faut pas oublier que tout le monde veut intégrer l’équipe nationale A. On peut être champion olympique et ne pas être champion d’Afrique, être champion chez les U20 et ne pas être footballeur professionnel plus tard. Donc en réalité, tous les garçons qui sont dans les petites catégories, leur souhait, c’est de jouer avec l’équipe A du Sénégal qui est vraiment le très haut niveau. On félicite Lopy pour le travail qu’il a pu accomplir son rêve ».
 
Des contacts avec Malick Thiaw défenseur du Milian
 
« Véritablement on est en train d’y travailler, mais dire que j’ai eu des contacts avec le joueur, je dirai non. Je le répète, l’équipe nationale n’est pas fermée, elle est ouverte à tout le monde. Les qualités de ce garçon on les connaît, mais on a aussi de la qualité à ce poste. On a de très bons joueurs que ce soit ceux qui sont avec moi depuis longtemps, je parle de Kalidou Koulibaly, Pape Abdou Cissé qui n’est pas là, Abdoulaye Seck qui revient, Formose Mendy qui était capitaine de ces U23, aujourd’hui il est avec nous, Ndiaye qui était avec l’équipe locale. A ce poste-là, on a quand même du bon pedigree. Ce qu’on a ici on veut le garder on veut faire avec, maintenant si on trouve plus fort ailleurs et qui sont disposés avec l’équipe nationale du Sénégal, il n’y a pas de soucis. C’est une piste qu’on est en train de travailler, ça ne se décrète pas, il faut laisser le temps au temps comme je l’ai toujours fait, pour demander à ces garçons de venir rejoindre l’équipe nationale. Mais pour le moment, ce n’est pas une priorité parce que j’estime qu’il y a assez de qualité à ce niveau, qui ont été formés par nos centres de formation, qui sortent de nos clubs ; donc pour moi je priorise ça.
On sera ensemble à partir du lundi 20, le stage commence l’après-midi avec une première séance d’entraînement à 15heures, mardi on aura l’ensemble du groupe. Ceux qui jouent samedi en club seront ici dimanche, ceux qui jouent dimanche sont attendus lundi. On va jouer le match le vendredi 24 et puis voyager le 25 pour jouer le 28 à Maputo ».
 
Solution offensive
 
« Ce n’est pas une nouveauté. Moi-même j’ai eu cette même discussion avec le Président Macky Sall en 2017 avant la Coupe du monde. Il demandait d’aller chercher un attaquant (rire). Mais nous avons des attaquants qui marquent des buts. Notre ratio de buts par rapport aux opportunités qu’on se crée, c’est un débat qui ne date pas d’aujourd’hui. Et je dis souvent qu’il nous faut gagner un peu plus en efficacité parce qu’on se crée des opportunités, mais on ne marque pas beaucoup de buts. On va continuer à y travailler, peut-être c’est un problème d’animation aussi, je ne peux pas dire que c’est un problème individuel. Peut-être je dois remettre en question l’animation offensive. On a toujours marqué des buts mais en réalité, on peut imaginer marquer un peu plus ».
 
Ramadan dans la tanière
 
« On est dans un pays musulman, même s’il y a aussi d’autres religions qui sont là. Je ne suis que leur sélectionneur, je ne peux pas impacter sur le choix d’un joueur qui veut faire le Ramadan. Mais je crois que c’est un choix qui a été déjà réglé en interne parce que le jour du match, ils sont tous d’accord qu’ils ne peuvent pas jeûner. C’est important car c’est eux-mêmes qui se donnent cette rigueur et je pense qu’ils peuvent se rattraper un peu plus tard. Je ne peux pas toucher sur la croyance des gens et lui dire que tu ne feras pas le Ramadan. Nos garçons sont très professionnels, la religion fait partie de notre profession. Pour moi, il n’y a aucun souci. Je m’appelle Aliou, je suis musulman un vrai Cissé, je suis né au Sénégal, issu d’une famille maraboutique même si le look ne ressemble pas ».
 
LES ECHOS


ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs | Santé


Gangrène

En filigrane

Oublier ?

Contrepartie

Circonspection

Aiguillon

Agir

Timing

Valeur sûre

Quid ?



LIVE RADIO




SANTE

TABAGISME : LES FUMEURS QUI ARRÊTENT LA CIGARETTE AVANT 40 ANS PEUVENT ESPÉRER VIVRE AUSSI LONGTEMPS QUE LES NON-FUMEURS

LUTTE CONTRE LE CANCER DU COL DE L’UTÉRUS À ZIGUINCHOR : 8 thermoablations et 802 coloscopies pratiquées avec 6 cas de suspension de cancers…

RÉUSSITE DEUX TRANSPLANTATIONS RÉNALES : UNE PREMIÈRE AU SÉNÉGAL : Macky Sall, satisfait, félicite le professeur et annonce le projet de transplantation oculaire

Envie de suicide avec les crises d'hémorroïdes : symptômes, causes, traitements et prévention

RAPPORT « THE PATH THAT ENDS AIDS»: Onusida montre la possibilité de mettre fin au sida d’ici 2030