jotaay

30 ANS DU GENOCIDE DES TUTSIS AU RWANDA : L’ambassade du Rwanda au Sénégal ressuscite les souvenirs douloureux de cent jours de massacre et magnifie le capitaine Mbaye Diagne




 
 
 
 
 
30 ans après le massacre des Tutsis, le Rwanda s’est souvenu de l’une des pages les plus sombres de son histoire. En effet, en 1994, pendant cent jours, les Tutsis ont été massacrés, exécutés et exterminés sous le silence coupable de la communauté internationale. A cette occasion, la bravoure du capitaine Mbaye Diagne, qui a sauvé des vies au péril de sa vie, a été magnifiée en présence de ses camarades combattants, aujourd’hui, à la retraite.
 
 
 
 
 
Kwibuka 30 ! C’est sous cette expression qui signifie « souvenir » que l’ambassade du Rwanda au Sénégal a organisé la commémoration de l’an 30 du génocide des Tutsis. Des cérémonies qui vont se dérouler sur cent jours, la durée du génocide qui a enregistré un million de pertes en vies humaines dans des conditions atroces en 1994 au Rwanda. « Cette cérémonie nous permet de rendre hommage à nos frères et sœurs, parents et amis victimes de cette folie humaine. La commémoration nous permet de réconforter nos frères et sœurs survivants qui ont tant souffert de la perte des leurs », explique d’emblée l’ambassadeur du Rwanda au Sénégal, Karabaranga Jean Pierre. A l’en croire, même si le génocide populaire a lieu en 1994, le massacre contre les Tutsis a été longtemps planifié, avant d’être mis à exécution avec des milliers de vies innocentes exterminées. Pire, au vu et au su de tout le monde, regrette-il. « Le génocide a été planifié, expérimenté à petit échelon au bout des trois années qui ont précédé l’indépendance entre 1959 et 1962. Après l’indépendance aussi, des milliers de personnes ont été assassinées ou contraintes à l’exil au fil des années, comme en 1973. Le génocide n’a pas surpris le monde entier. Les Nations-Unies, à travers leur représentant au Rwanda, ont été régulièrement informées des préparatifs du génocide. Toutes les capitales occidentales qui avaient des représentations diplomatiques au Rwanda ont été aussi régulièrement informées. Tout le monde savait que le génocide se préparait mais rien n’a été fait », déplore l’ambassadeur. Plus grave, dit-il, le Conseil de sécurité des Nations-Unies qui avait une force militaire de 2500 hommes a procédé au retrait pour ne laisser que 200 personnes. Ce qui a favorisé, dit-il, le massacre de milliers de Tutsis. Poursuivant son récit dans ces pages sombres de l’histoire du Rwanda, il rappelle que les meurtres ont été commis par des voisins, des amis des collègues de travail. « Les génocidaires connaissaient en grande partie leurs victimes sur toute l’étendue du territoire. Des enseignants ont massacré leurs élèves, des professeurs ont tué leurs étudiants, des médecins ont tué leurs malades. Même les lieux de culte ont fait l’objet d’exécution. Pas moins de 20 églises à travers le pays ont servi à exécuter les Tutsis », déplore M. Karabaranga.
 
La bravoure de Mbaye Diagne et ses camarades magnifiée
 
Cependant, contrairement à certains qui procédaient au retrait de leurs troupes, les militaires sénégalais sont restés se battre et ont sauvé des milliers de vies humaines. Comme en témoigne la présence d’officiers sénégalais qui ont combattu avec le capitaine Mbaye Diagne à cette cérémonie de commémoration. Il s’agit, entre autres, du général Babacar Faye, du colonel Mamadou Athie, etc. Ainsi, en guise de reconnaissance, ces officiers sénégalais aujourd’hui à la retraite ont été chaleureusement applaudis en reconnaissance à leurs actes de bravoure. « Le capitaine Mbaye Diagne, officier de l’armée sénégalaise et ses camarades dont certains sont présents dans cette salle sont restés au Rwanda et ont fait face. Ils ont pu sauver des milliers de personnes. Malheureusement, le capitaine Mbaye Diagne y a laissé sa vie. A sa famille, ses frères d’armes, à son pays, nous adressons du fond du cœur notre reconnaissance et nos vifs remerciements », magnifie l’ambassadeur. « Le Sénégal et le Rwanda sont unis par cette histoire tragique du continent à travers la figure du capitaine Mbaye Diagne dont le sacrifice et le sens élevé de l’honneur ont permis de sauver des milliers de vies humaines. Et, c’est au cours d’une opération de sauvetage le 31 mai 1994 à l’âge de 36 ans qu’il est tué. Son courage est aujourd’hui célébré à travers la médaille Mbaye Diagne du Conseil de sécurité des Nations-Unies », ajoute pour sa part, Babacar Ndour, le représentant de l’Etat à cette cérémonie de commémoration ; avant de poursuivre pour révéler : « le Rwanda a su se relever de ce drame la tête haute, fière de sa cohésion sociale et résolument tourné vers le progrès. Les importantes réalisations pour l’amélioration des conditions de vie des populations rwandaises restent un modèle de dynamisme et de stabilité socio-économique pour tous les pays africains et du monde. Votre pays ne cesse de jouer un rôle important et d’exprimer un leadership engagé dans l’affirmation de notre cher continent sur la scène internationale », dit-il. A l’en croire, le gouvernement et le président de la République Bassirou Diomaye Faye vont travailler sans relâche au renforcement des relations d’amitié et de coopération entre le Sénégal et le Rwanda.
 
M. CISS
 
 
 
 
LES ECHOS


ACTUALITE | POLITIQUE | SPORTS | SOCIETE | SERIE | RELIGION | REVUE DE PRESSE | ECONOMIE | CHRONIQUE | CULTURE | BOOMRANG | INTERNATIONAL | PEOPLE | TV-DIRECT | SANTE | World Cub Russie 2018 | SERIE TV SENEGAL | LES ECHOS | pub | Radios d’Ici et d’Ailleurs | Santé | Contribution


Attente

Arrosoir

Emulation

Révolution

Mamelles

Remake

Tong-tong

Communiquer

Ubiquité

Tout baigne



LIVE RADIO




SANTE

TABAGISME : LES FUMEURS QUI ARRÊTENT LA CIGARETTE AVANT 40 ANS PEUVENT ESPÉRER VIVRE AUSSI LONGTEMPS QUE LES NON-FUMEURS

LUTTE CONTRE LE CANCER DU COL DE L’UTÉRUS À ZIGUINCHOR : 8 thermoablations et 802 coloscopies pratiquées avec 6 cas de suspension de cancers…

RÉUSSITE DEUX TRANSPLANTATIONS RÉNALES : UNE PREMIÈRE AU SÉNÉGAL : Macky Sall, satisfait, félicite le professeur et annonce le projet de transplantation oculaire

Envie de suicide avec les crises d'hémorroïdes : symptômes, causes, traitements et prévention

RAPPORT « THE PATH THAT ENDS AIDS»: Onusida montre la possibilité de mettre fin au sida d’ici 2030